La course à pied Les blogs courseapied.net : Linda

Le blog de Linda

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2009-01-30 14:02:44 : Lorsque la Pierre fond..........

… le Cœur fait un rebond.


Ma prochaine course sera le Trail du château de Pierrefonds le dimanche 22/02/2009 dans l’oise (32km) : http://ascvascp.free.fr/trail.php

Mon 1er trail long que je ferai avec Big tonio et Maître Ku.

Lorsque je chausse mes baskettes, c’est toujours la fête parceque tout mon corps respire, parceque je me sens libre, parceque c’est moi qui décide de la route que je vais prendre.
De sentir toutes ses odeurs de la rosée du matin sur les feuilles humides, de regarder la nuit tomber du haut d’une colline.
C’est toujours moi qui décide des objectifs sportifs que je vais me fixer.

Et lorsque se mêle un cri du cœur avec mes objectifs je ne peux que répondre présente à cet appel.
Ce cri du cœur je l’entends parceque j’ai cette chance de pouvoir aussi écouter et regarder mais surtout de pouvoir donner cette richesse qui ne coûte rien qu’un sourire.

Et lorsque ce sourire s’affiche sur le visage d’un enfant, c’est alors la lumière qui apparaît dans tout l’univers.
Des enfants qui eux, n’ont pas la chance de choisir la route qu’ils vont prendre, qui ne peuvent pas sentir cette rosée du matin sur leur main, qui ne peuvent pas atteindre cette colline.
Qui se foutent complètement de boucler un 10km ou un semi marathon, qui espèrent juste pouvoir marcher jusqu’au fond du couloir.
Alors je veux être au bout de ce couloir, je n’ai pas le pouvoir de leur accrocher un dossard mais celui de décrocher un sourire qui respire.
Je voudrai colorier ces blouses blanches, planter des oliviers à leurs chevets.
Je voudrai leur déssiner cette ligne d’arrivée qui mettrait fin à ce marathon du courage sur cette ligne de départ qu’ils n’ont pas choisi.
Je voudrai qu’ils n’aient plus besoin de « médoc. » mais qu’ils participent au marathon du Médoc.

Mais je n’ai hélas pas ce pouvoir, juste un peu d’espoir de leur faciliter leur destiné, de les regarder remplir ce livre de coloriage, peindre cette grande fleur, assembler ce puzzle.

Un crayon de couleur en échange de leur sourire, un cahier de coloriage pour alimenter leur courage, tous ces loisirs juste pour un sourire, et transformer l’hôpital en festival.

Je suis heureuse de connaître l’existence de l’association JULIEN ET JONADEV :
http://pagesperso-orange.fr/julien.jonadev/cariboost1/ et je les félicite pour leur investissement du cœur.

Le 22/2/2009 je viendrai donc avec mes baskettes et mes bras chargés de matériel de loisir que j’ai déjà acheté.
Et puis un jour, je viendrai avec ma tête des plus beaux jours, vêtue de mes bonnets à faire pâlir un clown, leur raconter des histoires, juste pour qu’ils continuent à croire.


Les réactions

Par ric69, le 2009-01-30 14:29:42
Hello Linda
C'est pas un truc facile que d'avoir l'air de rien face à ce genre de situation. T'auras pas trop d'un trail pour te ressourcer car tu vas forcément prendre sur toi et donner grave. C'est un autre combat mais ce n'est pas la motivation qui va te limiter, une fois de plus ...
Bon courage à toi
Ric69

Par totø, le 2009-01-30 16:50:58
ma Tata Linda!!!!! tu ne changeras pas et c'est tant mieux !!!! c qu'on cela que l'on t'aime!!! et cette certitude de te voir avec toujours le sourire au 32eme kilomètre!!! bisous a toi et bon courage a vous trois

totø

Par barbie, le 2009-01-30 16:55:47
Ah ma Linda... si tout le monde pouvait être comme toi... je vais de ce pas voir l'assoc.

Par piermer, le 2009-01-30 18:33:32
Hello Linda : c'est tellement vrai que les plus grands combats ne se font pas uniquement pas avec ..ses poings, ses jambes mais surtout son coeur et sa tête.
C'est très beau ce que tu fais ! grosses bises

Par Ku, le 2009-01-30 19:22:27
Salut Linda,
Tu ne fais pas les choses à moitié....
tu es toujours à fond dans l'action.
J'espère que les crayons que tu (que nous) apporterons puissent colorier des soleils pour des jours meilleurs...
et que les gommes puissent effacer rapidement les souffrances qu'ils n'ont pas choisi.
Comment se passent tes entrainements ?
A+
Bises
Ku

Par Dan60, le 2009-01-30 21:47:01
Pas grand chose à dire, juste lire ... et agir !!!
A bientôt,à Pierrefonds

Daniel

Par riri, le 2009-01-31 09:29:17
je te retrouve là comme je t'imaginais ma linda

grosses bises
je file de ce pas voir cette assoc ;-)

Par Les Môlos, le 2009-01-31 09:34:39
Coucou ma Tata, tu sais ce qu'on en pense, alors le 22 on pensera à toi et à ton soutien pour cette belle association.
Bises du sud où vent et pluie sont de retour.
Mô et Lolo

Par calou, le 2009-02-01 11:09:10
Nul doute que tu sauras apporter à ces enfants le réconfort dont ils ont besoin...
Et qui saurait résister à Tata Linda ?
Tata Linda...
Qu'est-ce qu'y a sous ton grand chapeau ?
Tata Linda...
On m'a dit qu'y a même un grelot...;-))

Bises

Par fredvil60, le 2009-02-01 14:09:52
Merci Linda pour te remercier je te ferais un big bisous le 22.

A bientot
Fred

Par fredvil60, le 2009-02-01 14:11:37
Merci Linda pour te remercier je te ferais un big bisous le 22.

A bientot
Fred

Par mypas60, le 2009-02-01 15:01:51
Bonjour,
Nous venons de lire votre texte et nous avons le coeur rempli d'émotions et de joie. Ces quelques phrases qui sortent tout droit d'un coeur rempli d'amour nous confortent dans l'idée de continuer notre combat.
Nous serons présents le 22 car nous avons un stand sur le trail de Pierrefond. Nous recevrons avec bonheur tous vos cadeaux et au delà de cela nous pourrons vous remercier de vive voix. Car cela n'est peut-être que du matériel mais ils permettent à notre association de rendre le sourire, le temps d'une animation, à tous nos p'tis loups malades.
Un grand merci à vous pour votre soutien.
Avec toute notre amitié
Myriam & Pascal
Fondateurs de l'association Julien & Jonadev & organisateurs du Trail des lueurs d'espoir.

Par bigtonio, le 2009-02-01 19:07:04
Kikoo LINDA, ça fait toujours chaud au coeur de sentir cette passion en toi !!! Au fait tu connais le dénivelé+ du trail ?
Bises, Antoine

Par Isérois, le 2009-02-02 07:24:29
De l'action pour une bonne cause !!!Donner un peu de son temps, pour recevoir le plus beau des cadeaux, un sourire d'un enfant!!

Par fredvil60, le 2009-02-02 08:36:26
A bigtonio

32 kms et 800 dénivelé + Avec un faux plat légerment montant pour finir au château ;-))
Fred

Par LINDA, le 2009-02-02 10:32:07
Bonjour,
Myriam et Pascal,
Je vous remercie d'être passés par ici. je suis contente de savoir qu'il existe des "gens comme vous" qui se battent au quotidien pour que la medecine progresse et en attendant de voir les résultats, il faut donnner du courage et de l'espoir à ces enfants.

Il existe des tonnes d'associations, des connues, des moins connues que personne ne regarde parceque "Laeticia H." n'est pas Marainne ou la petite fille de MMe Chi.. n'est pas malade (c'est un exemple).....

Ces associations qui n'ont pas la chance de bénéficier d'un "cancerthon".

Bref, votre asso m'a touchée profondément, parcequ'elle défend une cause très sensible : les enfants.
Et il suffit de rien pour faire sourire un enfant. Et je veux être ce rien.

Ric69 : si je te dis que je ne suis pas forcément bien entrainée pour ça?? un 32km dans la boue...pfffff. J'ai beau courir en zigzag sur les trottoirs et sauter sur les bancs des parcs en retombant sur le buisson...ça ne fait pas tout!!! qui vivra verra...merci d'être passé.

Toto : contente de voir que "mon coeur" t'a attiré sur la toile... Je vais, oui, en effet avoir besoin de ta pensée au 30ème km, et ça tu sais faire!! bises à toi

Barbie : Tu es comme moi, donc en effet, des causes comme celle ci, on ne peut pas fermer les yeux , et même faire ce peu..ne suffit pas, mais c'est toujours des sourires, des coeurs qui se réchauffent.

Piermer : Ha si tout pouvait se régler sur un ring, je pense que je n'en sortirai jamais!!! bises à toi

Par LINDA, le 2009-02-02 10:46:26
.......

Ku : Toi aussi tu veux tes crayons de couleur?? t'inquiète tu auras toi aussi ton petit cahier rose, promis!!
Mes entrainements, bah, je fais ce que je peux avec ce que j'ai...
- 2 sorties cap /semaine en variant une montés de côte (de 300m) 10 fois d'affilées avec des sorties endurance de max 2h45 en casant des changement de rhytme sur les 30 dernières minutes.
- 2h Boxe par Sem : en incluant des face à face avec le sac de frappe pour des fractio. courtes, en plus de tout le reste : sautillement sur patte pdt 2h, abdo, étirement, combats.....

Dan60 : tiens c'est grâce à toi que j'ai connu cette asso. et surtout ton investissement toi aussi dans toutes ses organisations courses.merci

Riri : merci, tu vas voir, toi aussi elle va te "séduire" cette asso.

Les Molo : content qu'il y ai encore du vent chez vous...ça me permettra donc de recevoir votre pensée qui viendra jusqu'à moi, le 22. Lolo, ne doit pas être enmerdé avec "ces cheveux dans le vent"...c'est déjà ça!!! big bisous à vous aussi!!!

Fred60 : D'ak, je l'attends la bise, et j'irai pas la réclammer, hein!! si tu pouvais aussi la faire au Fareneight mon parfum préféré, j'en voudrai pluss qu'une seule!!!
Et pi, avec tout ce bruit que je fais, je suis au moins certaine qu'on m'attendra jusque la fin du trail...bref, on devrait s'apercevoir de mon abscence..on ne me laissera pas végéter au fin fond du bois.
Remarque j'ai un joker avec moi "Big tonio"..donc ça devrait pas arriver.

Big : j'aurai été incapable de répondre à ta question!! Merci Fred!!! et pi, j'm'en fou..(je t'envoies un mail aujourd'hui)

Isérois : oui tu as tout compris, le sourire d'un enfant est ce qu'il y a de plus beau au monde, parceque que ce sourire est sain, authentique et chargé d'innocence.

Merci à tous pour votre soutien.

Linda

Par ric², le 2009-02-02 12:18:21
« La savate est exactement la même chose que la boxe, excepté que c'est le contraire. »
Bien joué Lindor, beau geste, la classe !

Par l'AB, le 2009-02-02 14:17:27
J'ai le droit d'applaudir, même attaché ?
Linda tu es..., mais plus que ça..., et encore..., alors voilà.
Bon raid.

Par LINDA, le 2009-02-02 15:06:49
Calou : Je crois que toi tu connais en effet ce qu'il se cache sous le grand chapeau de tata Y. ou tata L, peut être même est-ce la même personne? et avec des grelots aussi!! (comme Félicie). Pour en revenir à ce fabuleux trail, si toi tu l'as fait, moi je peux le faire, c'est certain!! (j'avoue, je flippe un peu!)bise ma grande routarde!!

Ricky : Tu parles comme le duc de Charlemont..kes ki c'est passé entre toi et lui?. bise à toi

L'Ab : Ha c'est vrai, j'ai même oublié de t'ôter le Bâillon..mais j'entends ton coeur!!
Si non, tu soulèves un point : quel différence entre un Trail et un Raid??

Par fredvil60, le 2009-02-03 08:46:41
Linda ne flippe pour le trail ,c'est pas compliqué,il faut juste mettre un pied devant l'autre et ce pendant 32 kms.Bon d'accord il y a quelque marre de boue , des petites montées etdes descentes glissantes (3 étoiles de ski obligatoire)

Allez au plaisir de te voir le 22

Fred

Par riri, le 2009-02-03 09:59:28
et puis BON ANNIVERSAIRE tata

Par barbie, le 2009-02-04 10:36:53
je te souhaite ici un bon anniversaire pleins de couleurs, de sourires et de joie de vivre !
Barbie

Par LINDA, le 2009-02-04 10:49:37
Riri : encore merci à toi pour tous tes messages sympa et partout!!

Barbie : Merci à toi et c'est surtout à moi de te souhaiter une bonne réussite à ton super défi, sache que je suis tes belles aventures sur ton blog et je suis vraiment admirative de ta détermination et finalement ton côté aventurière, car franchement tu ne recules devant rien. Moi, je me serrai déjà arrété au marathon de Marackech. Au plaisir de lire la suite mais surtout, prend bien soin de toi entre chaque marathon, ce que tu as entrepris c'est vraiment du "très lourd" bises je penserai bien à toi

Linda

Par kittyclochette, le 2009-03-19 14:59:23
un petit mot en passant pour te complimenter de ce tres beau texte que tu as écris et te dire que je suis heureuse de vous rejoindre dans cette envie d'apporter du soleil tout autour de ces bambins.Un sourire ne coute rien et est tellement beaucoup pour celui qui le reçoit, alors c'est avec beaucoup de douceur, de soleil et de joie que je serais là ce dimanche...plein de bisoux et a tres vite

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)


Le logo de l'association Julien et Jonadev


Est-ce que ça va rentrer dans mon sac de sport?



du volume...de la couleur...faut pas avoir peur!!



plus pointu, plus lumineux...


un sourire plus tonique?


Les 5 billets précédents

2009-01-12 15:24:24 : La bretagne, ça vous gagne! - 32 photos - 31 réactions




En général on adapte ses vacances avec les saisons :
- l’été : la mer ou la montage
- l’hiver : le ski

Les plus acharnés du bonheur iront chercher la mer en hiver sur une petite île avec ses palmiers, ses cocktails de fruits frais, ses planches à voile, ses scooter de mer pour les pollueurs (comme moi) qui s’évertuent à polluer jusqu’au bout, puis qu’ils prendront même l’avion pour s’y rendre. (du 2ème degré, bien sûre !!)

Alors, oui, ces 4 jours, j’aurai pu m’étendre sur un transat avec le paréo à fleurs, les tongues jaunes fluo, le dernier roman acheté à l’aéroport , puis, prendre rendez vous à 17h avec la séance de massage aux huiles essentielles.
Mais ça donnait trop de souci : attendre 15’ le cocktail de fruits frais au bord de la piscine de 100m de long, avoir toujours les pieds remplis de sable car la serviette est trop petite pour essuyer les pieds en plus de s’étendre dessus, sortir sa montre du fond de son panier pour surveiller l’heure du massage, se demander ce qu’on va choisir au diner de ce soir entre la langouste grillée ou la salade « farandole de crudités au poulet », penser à repasser la robe du diner du soir….. bref, que des contraintes.

Je pouvais aussi choisir de faire « comme tout le monde » prendre un billet de TGV pour Grenoble, passer voir Piermer, Isérois, Marie, puis monter à la station de ski.
Se trimbaler tout ce matos avec les ski qui blessent Robert qui était juste derrière toi, acheter les chaussures moumoutes à poils noir et blanc pour marcher sur la neige : pffffff, je préfère mes bottes cavalière à talon.
Les chaussures de ski à louer où tu ne trouves jamais ta pointure et tu restes 3h dans la boutique à essayer même les boîtes, tellement le vendeur perd patience !!!
Me tromper entre le stick pour les lèvres avec mon rouge à lèvre « rouge prune »
Et pi, j’ai pas de photo convenable pour mon forfait télé-siège, ou je ne sais quoi !!

Non, je voulais embêter personne, d’façon le 20/12, ils ne vendent plus de crème à bronzer indice 60 et ça fait 10 ans que je n’ai pas fait de ski !!

Alors j’ai choisi une jolie petite ville de Bretagne Lagacilly , pour l’histoire : http://pagesperso-orange.fr/lagacilly.fr/,

Nichée à la frontière du Morbihan et l’Ile et Vilaine dans la vallée de l’AFF à 15km de Redon, à 60 de Vannes et à 95 de Rennes.
Le Grand Rocher (de son prénom intime :Yves) est installé là-bas et attire beaucoup de touristes, puisque cette jolie « bourgade » possède un beau « fief » d’artistes en tout genre : souffleurs de verre, sculpteurs sur bois, bijoux artisanaux…. Nichés sur une petite rue piétonne avec ses gros pavés bretons.

Pas besoin de grand-chose, pas de ski, pas de paréo, mais d’apéro, pas de tongue mais des sorties longues, ses running pour la petite visite touristique en courant, l’appareil photo, le stylo pour relever les crêperies de coin, le bonnet pointu moumouteux.
Sans oublier le portable pour appeler un ami si je me perds, mais au fait y’a-t-il du réseau ?

Alors petite présentation, à ma sauce, en image de cette jolie Ville.

LINDA

2008-12-15 15:23:43 : La mère Noël d'Issy était DISCO - 28 photos - 33 réactions

Un samedi soir chez Tata Linda

J’étais trankil pépère sur ma peau de bête blanche récupérée aux enchères chez Love Amour.
Déjà, j’ai pas fermé l’œil de la nuit cause : samedi soir soirée nigth fiver chez tata linda
Elle était là, à s’agiter devant moi , en écoutant RFM
Bon, j’pouvais trop rien dire, elle m’avait rempli ma gamelle à ras bord.

Alors que je rêvais de souris rose et de poulet,
Elle, elle agitait plumes –chaussettes blanches
J’ai bien essayé de la stopper dans son élan,
Mais y’a rien à faire quand elle est partie, « elle est barrée », comme on dit chez les humains !

Dimanche matin chez Tata Linda

8h, je me prépare à gratter la porte de tata Linda, et d’un coup je la vois surgir de la chambre.
Elle m’a fait peur, je la regarde avec son peignoir mal fermé, ces cheveux de feu.
Elle branche son truc avec un liquide noir dedans qui sent le chaud, puis elle l’avale en silence.
Moi, j’ai envie de jouer je laisse glisser la bale discrètement sous ses pieds.
C’est pas l’heure, de jouer, je lance un langoureux MIA-OU..Mia-ou.
Rien y fait, elle est encore barrée, dans l’autre pièce.
Soudain je vois sortir de la même pièce, un grand machin argenté avec des plumes roses et un chapeau avec des truc suspendus, que j’aimerai bien chopper.
Mais où va-t-elle ??
Y parait qu’il y a une fête par Issy et j’y suis même pas conviée !!

Dimanche fin de matinée à Issy

Dans la foule de tissus rouges et de barbes blanches, se faufile une espèce de bête étrange vêtue d’un ensemble argenté-plumes-roses et chapeau olé olé qui éveille des sourires sur son passage. Incognito bien planquée sous son déguisement voyant : une certaine Tata Linda

Pourtant, c’est étrange, un certain l’Ab se précipite vers elle, il l’a de suite reconnue, elle a probablement dû lui rappeler ses années 70 lorsqu’il allait guincher, chemise orange ouverte dans la paroisse du club 79.

La journée commence bien, c’est vers les tortues que la bestiole a décidé de prendre asile.
Les tortues n’ont peur de rien, ils accueillent n’importe qui dans leur clan, pourvu qu’on leur affiche un look étrange et un sourire de bonne humeur.

Le 10 KM (course 6)

Je prends enfin le départ du 10km aux côtés des tortues et mon Yoann, je décide de partir à une allure de 5’30 au km, Yoann et Gigi me suivront un certain temps, mais Yoann manquant visiblement d’entrainement, ralentit, ne pouvant suivre ce « rapide » rythme.
La marque de fabrique des tortues est « solidarité », c’est donc avec naturel et gentillesse qu’ils « traîneront » yoann jusqu’à la ligne d’arrivée.
Je continue à maintenir mon allure, en maintenant mon chapeau qui avait du mal à rester vissé sur ma tête.
C’est drôle ce chapeau en impose tellement, que j’ai l’impression d’avoir mon casque de boxeur sur la tête, ce qui m’oblige à me concentrer sur ma foulée et lever ma garde au cas où.
Je suis surprise de trouver une grande montée qui casse bien les jambes, je ralenti un chouilla, sans trop sentir la difficulté, puis je reprends mon allure.
L’ambiance de la course est très festive, malgré les rafales de vent et la pluie, le public m’encourage en souriant (en se moquant ?) et ça me booste de plus belle.

Je croise dans « le staff » le beau Serge92, sa présence me rassure.

Je boucle ce 10km en 54 minutes avec le sentiment d’en avoir encore sous les pieds.

Et c’est tant mieux, car je rejoins mes neveux et nièces pour attaquer la course du 6km qui s’enchaine derrière sans préavis !
Ce 6km me servira à ma récup’ et pour accompagner Vanessa et Alexandra pour leur casi 1ère course qu’on bouclera en 46 ‘.

Belle ambiance, beau souvenir chaleureux des tortues, vin chaud, les secrets de la réussite d’une belle journée.

Linda



2008-12-02 16:40:45 : c'est la crise...... de rire!! - 6 photos - 12 réactions


En ces temps de crise, heureusement que les enfants sont là pour nous faire sourire et parfois rire.

J'ai trouvé ce trésor quelque part sur la toile, des phrases d'enfants authentiques.

Bonne lecture

*************************************

Est-ce qu’on mange? Je creuse de faim.

Je veux voir les sandales matiens.

Maman, tu es dans la pleine lune, hein?

Avoir 100 ans, c’est être centenaire, avoir 1000 ans, c’est être millionnaire!

Mon amie Kim, elle habite dans le pâté chinois à Montréal.

Notre maison est protégée, elle a un système de larme pour les voleurs!

Ce matin, mon papa m’a fait des muffins en anglais.

Viens manger papa, ta crème glacée va refroidir!

Je ne retournerai pas à l’école Parce qu’à l’école on m’apprend des choses que je ne sais pas.

Il fait chaud, touche, mon dos est tout timide!

Je ne sais pas comment la poule jappe…

Maman, quand tu étais petite et que papa était petit, c’étaient qui mes parents?

Regarde la grosse peine mécanique.

A l’auditorium, d’un côté, il y a les chiffres pairs et de l’autre côté, les chiffres mères!

Mon papa s’est endormi au soleil, il a perdu la lotion du temps.

Regarde la grosse étoile d’araignée!

Je n’ai pas d’école le 27 novembre parce que c’est la fête des élections.

Maman, quand je t’aime, ça fait du vent dans mon ventre!

Le docteur a dit à maman que je suis allergique aux sacs à rien.

Papa, si tu vas trop vite, la police va te donner une conversation.

Regarde par terre, y’a plein de feuilles de sirop d’érable

Je ne peux pas lire l’heure, les chiffres changent toujours!

Moi, ma mère est pinote d’avion!

Pourquoi tout était en noir et blanc dans l’ancien temps?

Quand maman est fatiguée, pourquoi c’est moi qui dois aller se coucher?

********************************************

2008-11-04 13:56:05 : BTS DIETETIQUE.... suite et heureuse fin - 3 photos - 37 réactions

Il y a quelque temps, je vous ai sollicité pour mon neveu Yoann qui préparait son BTS Diététique.
Les résultats sont « tombés »… Yoann a obtenu son BTS Diététique (yeeessssss !!), à l’issus de la dernière épreuve qui a eu lieu en octobre 2008 qui se portait sur le soutien de son mémoire.

Il avait choisi comme sujet « La diététique et le sport ».

Il avait ouvert un post sur notre forum pour répondre à une enquête sur l’alimentation du sportif, et vous avez été 135 à y répondre.
Grâce au temps que vous lui avez consenti, il a pu étayer son mémoire de façon réaliste.

C’est en son nom que je vous remercie tous pour l’avoir aidé avec votre propre expérience.

Comme nous sommes tous intéressés et concernés par la diététique, je vous joints l’extrait de son mémoire sur la partie concernée, où vous verrez, entre autre le résultat de son enquête ainsi que l’étude « du sujet : Mme R »

Malgré l’aide d’Arawak (que je remercie infiniment) pour insérer les tableaux et dessins attachés à ce mémoire, je n’ai pas réussi à les intégrer dans ce billet, donc je n’ai pu que « copier-coller » le texte pur.

Bonne lecture, et si vous avez des questions n’hésitez pas à me les poser, je transmettrai à Yoann.
*****************************************************


Extrait du mémoire BTS Diététique

Pour cette réflexion personnelle, je me suis intéressé au sportif de haut niveau non encadré pratiquant la course à pied. Par haut niveau j’entends le sportif pratiquant du sport intensivement. Il n’est pas rare de rencontrer des coureurs de haut niveau non encadrés et pratiquant leur sport de façon isolée. Je me suis alors intéressé à leur préparation sportive et leur évolution pendant des courses de longue distance (semi-marathon, marathon, ultra…), avec comme souhait principal de démontrer l’intérêt et même la nécessité de la présence d’un diététicien durant la préparation.

Cette idée n’est pas forcément automatique dans le milieu. En effet, cercle plutôt fermé, les coureurs estiment être suffisamment aguerris pour s’auto préparer à la course à pied tout en s’entraidant les uns les autres. En effet, au cours de mon étude, j’ai découvert un site consacré à la course à pied (www.courseàpied.net) dans lequel, les coureurs échangent sur les courses, se donnent rendez-vous, se conseillent, se lancent des défis… Un milieu, comme je l’ai dit précédemment, très fermé, où chacun se prend en charge par ses propres moyens. Par le biais d’un contact, madame R qui a accepté de suivre mes indications et le régime alimentaire spécialement élaboré pour elle, j’ai pu intégrer cet univers spécifique.

Pour alimenter ma réflexion et démontrer l’importance du diététicien dans la préparation du sportif de haut niveau, je me suis appuyé sur trois méthodes distinctes. Dans un premier temps, je me suis appuyé sur une méthode empirique, faisant appel à des écrits et des ouvrages de grands spécialistes, conseillés par l’équipe professorale de mon école. Dans un deuxième temps, j’ai effectué une enquête quantitative auprès de 135 coureurs du site internet « course à pied ».
Enfin, j’ai mis en application mes recherches et mes connaissances en prenant en charge la préparation et le suivi de madame R sur une course spécifique dénommée « les douze heures de « Bures-sur-Yvette ».

Dans un premier temps, je poserai le cadre de mon étude en présentant la course, madame R et les résultats de mon enquête. Puis, dans un deuxième temps, j’exposerai le régime alimentaire élaboré pour madame R en vue de cette course. Enfin, dans une dernière partie, j’analyserai les résultats de ce programme diététique en prenant comme point de comparaison la participation de madame R à cette même course l’année précédente.

1) Présentation de Mme R

J’ai choisi cette coureuse car elle était très motivée à être suivit par un diététicien lors de la préparation de sa course qu’elle effectuait pour la seconde fois. De plus, elle était très en demande de conseils alimentaires pour ses entraînements. En effet, madame R se plaignait de souvent ressentir des faiblesses lors de ses préparations de courses. Effectuant des sorties pouvant aller jusqu’à trois heures de course à pied, il n’était pas rare pour cette femme de ressentir des manques en eau et en sucre ou encore des faiblesses : jambes coupées, faiblesse physique généralisée. C’est pourquoi, ne sachant comment éviter ces désagréments, elle a accueilli ma proposition de façon positive.

Mme R a 41 ans, mesure 1.70m et pèse 66 kg. Son IMC est de 22.8 (normalité). Elle pratique la CAP depuis 4 ans et la boxe française depuis 25 ans environ. Précisons que madame R a pratiqué la boxe française à haut niveau puisqu’elle fut championne de France à deux reprises. Lors de ses entraînements, madame R fait généralement 4 sorties en CAP par semaine d’une heure, une longue sortie de 2 heures 30 et d’autre part, elle continue à pratiquer la boxe française à hauteur d’un entraînement de boxe de 2 heures par semaine.

2) Présentation de la course

Les douze heures de Bures est une course qui se déroule à Bures sur Yvette tous les ans. Le but de cette course est de faire un maximum de tours (2.632 km) autour d’un lac, sur une durée de 12 heures. Outre le défi que représente pour un coureur cette course, la convivialité est aussi un des éléments moteurs pour les coureurs. En effet, toute personne peut participer à cette course, hommes, femmes, enfants. Ils peuvent marcher, courir ou encore s’arrêter entre deux tours. Il n’y a donc pas de pression, mis à part le défi personnel qu’elle représente pour chaque coureur. A la fin de la journée, un classement est effectué, par classe d’âge et au nombre de tours effectués. Le but de Mme R cette année, était de dépasser son record précédent de 62 km (23 tours).

3) Résultats de l’enquête quantitative (Annexe A15)

L’enquête a donc été faite auprès de 135 coureurs inscris sur le site de course à pieds. 28 femmes ont répondu contre 107 hommes, avec un âge pouvant varier entre 15 et 50 ans avec une forte concentration d’individus entre 20 et 30 ans (46%). Sur l’échantillon questionné, 61% des individus pratiquent la course à pied depuis plus de trois ans (36% de 3 à 7 ans, 25% depuis plus de 10 ans). Voici les résultats de cette dernière.

J’ai souhaité approfondir sur l’hygiène alimentaire quotidienne des coureurs pour ensuite me concentrer sur la préparation des courses. De façon générale, seuls 20% des interrogés font un régime alimentaire tout au long de l’année, parmi eux, 25% sont des femmes contre 18% d’hommes. Toutefois il est à noter, que ces pourcentages restent faibles pour des sportifs de haut niveau. Partant de ce résultat, je me suis demandé si ces derniers pratiquaient des régimes de préparations à chaque course. Seuls 23% d’entre eux ont déclaré modifier leur alimentation avant une course. Pourtant ils sont 80% à avoir connaissance des régimes alimentaires (RDS, augmentation de féculent…).

La pratique d’un régime alimentaire permet-elle alors d’augmenter leurs performances ?

80% des individus pratiquant un régime alimentaire ont déclaré ressentir des améliorations. Pourtant ils sont tout de même 65% à ressentir des faiblesses durant les courses contre 49% des personnes déclarant ne pas modifier leur alimentation. Plus généralement, ils sont 57% à avoir des faiblesses pendant leur course. Nous pouvons donc remettre en cause leur préparation alimentaire lors de période de course. De plus, les aliments ingurgités durant la course jouent un rôle important dans leurs performances. Un complément alimentaire est ressorti durant cette enquête : le gel. 78% des individus consommant ce produit estiment voir de meilleures performances.

Pour conclure, il apparaît que malgré une préparation à l’aide de régime alimentaire, les individus déclarent en majorité connaître des faiblesses durant leur course. Ceci peut s’expliquer par le suivi de régimes incomplets, qui n’augmentent ou ne diminuent qu’un poste alimentaire (eau, féculent ou protéine). De plus, ce sont des régimes impersonnels, non adaptés aux besoins spécifiques de chacun. (cf . Annexe A16)

II LE REGIME ALIMENTAIRE

1) Rappel sur le muscle

a) Les différents types de fibres musculaires

Il existe deux types de fibres musculaires différents :
- Fibres de type 1 ou lentes : elles sont très riches en myoglobine et en mitochondries, elles sont de plus entourées d’un réseau de capillaires très dense. Ces fibres utilisent de préférence le métabolisme aérobie et sont très peu fatigables mais de contraction lente.

- Fibres de type 2 ou rapides : elles sont riches en myofibrilles et en glycogènes, mais pauvre en myoglobine. Elles utilisent de préférence le métabolisme glycolytique anaérobie. Ces fibres sont très puissantes mais sur une durée très courte.


b) La contraction musculaire
C’est une contraction de la fibre musculaire striée qui fait intervenir le raccourcissement des sarcomères. Les filaments fins et épais glissent les uns contre les autres vers le milieu du disque A et peuvent faire disparaitre la bande H. Dans leurs mouvements ils entrainent les stries Z. Ces deux mouvements élémentaires des sarcomères provoquent le rapprochement des deux extrémités de la fibre, donc la contraction musculaire.

Schéma d’une fibre musculaire :





2) Le régime avant la course

a) De J-7 à J-3


Menu type :
Eau à volonté toute la journée (au moins 2.5 l)
Petit déjeuner :
- Café / thé au lait avec 1 morceau de sucre (5g)
- 100g de pain / 8 biscottes / 5 tranches de pain de mie / 2 grandes tranches de pain de mie avec 35g de confiture / miel / gelée et 10g de beurre.
- 1 fruit

Déjeuner :
- 150g de crudités avec une sauce avec 1 càc d’huile (5g)
- 100g de viande/poisson/œuf cuit avec 1 càc d’huile (5g)
- Un mélange de légumes (200g) et de féculent (riz, pâte, pomme de terre légumes secs) (environ 180g cuit ou 70g cru) avec 1 càc d’huile (5g)
- 30g de fromage
- 1 yaourt sucré avec 10g de sucre (1 càs)
- 1 fruit
- 50g de pain

Collation :
- 1 yaourt sucré avec 10g de sucre (1càs)
- 1 fruit

Dîner :
- 100g de viande/poisson/œuf cuit avec 1 càc d’huile (5g)
- 1 mélange de légumes (100g) et de féculent (30g cru ou 75g cuit) avec 1 càc d’huile (5g)
- 1 yaourt avec 10g de sucre
- 1 fruit
- 100g de pain

Le régime a été très bien supporté par Mme R, elle l’a suivi avec attention, elle m’as juste dit que le midi était un peu chargé, alors je lui ai proposé de diminuer les féculents le midi et d’en rajouter le soir (faire 50g-50g), ce changement lui a convenu parfaitement. De plus lors de ces entrainements je lui ai proposé de rajouter un peu de sirop dans sa bouteille d’eau ce qui permet de réduire la dégradation du glycogène musculaire, de faciliter la réhydratation.

b) De J-2 à J0

J’ai proposé à Mme R, pour les deux derniers jours avant la course, un régime de l’épargne digestive pour faciliter la digestion et éviter tout risque d’inconfort digestif et de diarrhées durant la course. Je lui ai donc donné un choix d’aliments de l’épargne digestive (cf. annexe A14) en lui laissant la même ration ainsi que la même répartition.

Pendant cette semaine Mme R a limité ces entrainements pour permettre une meilleure recharge du foie et des muscles en glycogène, pour cela je lui ai proposé de consommer de préférence des aliments à IG (index glycémique) faible et moyen en évitant les aliments riches en fibre :


2) Le régime avant la course

La course commençant à 5h du matin, j’ai proposé à Mme R un petit déjeuné léger à 3h du matin composé d’une assiette de pâtes bien cuites (200g), avec une noisette de beurre, accompagné de petite quantité d’eau sucré (concentré à 10%).

a) Plan hydrique

A chaque ravitaillement, je proposais à madame R : 250ml d’eau sucré avec du sirop (concentré à 60g par litre) et légèrement salé (1 à 2g par litre) pour permettre une meilleur hydratation et permettre de palier les pertes liées à la sudation. En alternant Hépar et Contrex, qui sont des eaux calcique et magnésienne. Toutes les heures je lui proposais de consommer des eaux bicarbonatées pour lui permettre de tamponner l’acidité gastrique, éviter les crampes et permettre une meilleure récupération. Sa consommation moyenne était de 750ml par heure (250ml toutes les 20 minutes), pour éviter la sensation de soif qui dés son apparition révèle une déshydratation, ce qui entraîne une diminution de la performance physique.

b) Alimentation pendant la course

J’ai proposé à Mme R de consommer à chaque tour des aliments à IG faible pour permettre un apport en glucide simple important et ainsi éviter des « coups de fatigues » dont ce plain la sportive généralement au bout de 1h30 d’effort. Cette consommation de glucide simple permet un apport en substrat rapidement oxydés.

c) Alimentation après la course

J’ai proposé à Mme R, le même régime que pour la semaine d’avant course, pour permettre de recharger les muscles et le foie en glycogène. Comme ce régime est hyperprotéiné il permettra de réparer les lésions au niveau du muscle et du tube digestif et favorisera la récupération après l’épreuve. Je lui ai également conseillé de boire des eaux riches en bicarbonates et en sodium (pour pallier aux pertes sudorales) (Vichy St Yorre, Vichy Célestins, Quézac) pour tamponner l’acidité gastrique. Enfin et pour finir, je lui ai conseillé de continuer à boire les eaux sucré et légèrement salé pour favoriser la réhydratation

III EFFETS ET IMPRESSIONS DE MADAME R

Mme R a déjà effectué les douze heures de Bures les trois années précédentes. A chaque participation, elle se fixait un objectif toujours plus haut. Voici un extrait du blog de cette dernière sur www.courseapied.net :
« En 2006 : A Bures j’entreprends de courir pour une durée « nouvelle » de 6h avec l’objectif de dépasser 42km190. 6h : une heure de plus que le marathon (pour moi), objectif bouclé, puisque, pour une durée de 6h je fais 52km.
En 2007 : A Bures, cette fois j’y reviens (comme Félix potin) pour cette fois une ballade de 8h. Huit heures : une journée de travail, 3 h de plus que mon marathon, 2h de plus que l’année passée.
Objectif bouclé puisque pour cette durée de 8h je conclus 64 km. »

En 2007, lors des dernières 12h de Bures Mme R a eu durant la course des « petits coups de moues » surement causés par une légère hypoglycémie. D’autre par, elle avait connue une récupération très difficile, me disant avoir eut très mal aux jambes pendant une semaine. Elle avait ajouté avoir été « dégoûtée » de la course à pieds pendant quelques jours tellement la souffrance d’après course avait été importante et le temps de récupération long. Après la course de cette année et le régime diététique suivit, Mme R a sentit une nette amélioration de son état tout au long de la course (pas de « coup de moue », pas de fatigue, sauf pour les 2 derniers tours) extrait de son blog :
« Au bout de 5h, en comparaison de l’année dernière je constate que cette année je suis moins fatiguée et moins saturée voir même en forme… »
La récupération c’est nettement mieux passée puisque les douleurs aux jambes, de faible intensités, n’ont durées que 2 jours. Extrait de blog de Mme R :
« Quoi, j’ai couru 12 heures 2 jours avant ?? Très peu de courbatures, je monte les escaliers gracieusement, je marche normalement, tout va bien… »
Elle n’a pas ressentie de dégout vis-à-vis de la course ni de fatigue. Quatre jours après la course elle chaussait de nouveau ses chaussures pour continuer son entrainement. Satisfaite de mon intervention, elle m’a assuré faire de nouveau appel à mes services l’année prochaine, avec un nouvel objectif sportif et l’espérance de se sentir en aussi bonne forme au sortir de la course.

CONCLUSION

L’alimentation du sportif influence donc fortement les performances, mais aussi la récupération après la course. Mme R l’as très bien démontré puisque ne pratiquant pas de régimes spécifiques avant la course (uniquement une augmentation des féculents et de l’eau une semaine avant la course), n’avait pas une très bonne qualité de course et une récupération difficile. Le régime élaborer pour répondre à ses besoins a répondu à toutes ses attentes. En effet, la course c’est très bien déroulée et la récupération a été plus courte et plus facile. Au regard de cette expérience et des réponses apportées par les coureurs du site internet, nous pouvons affirmer que la présence d’un diététicien lors de la préparation d’une course, mais aussi au cour de celle-ci est très importante. L’alimentation et l’hydratation font partie intégrante de la vie du sportif, malheureusement, nombreux d’entre eux ne prennent pas pleinement conscience des besoins de leur corps et commettent des erreurs lors de la préparation de courses.



2008-09-15 17:23:07 : Tour des Beaux Monts (trail 12km) 14/09/2008 - 41 photos - 38 réactions

Que j’aurai très bien pu baptiser de mon œil de femme « Tours des Beaux Goss », mais ceci fera l’objet d’un cr détaillé, autour d’une tasse de thé avec les copines !

Ce trail niché dans la très belle et très vallonnée région de l’Oise, m’incite à y participer, d’autant que j’étais restée sur une note de définition du trail comme « parcourt du combattant » pour ma 1ère expérience en janvier dernier à l’Indian race.

Je n’ai pas fait d’entraînement spécifique pour ce trail, si ce n’est que quelques côtes avalées de ci, de là via mon parc de 40m d’altitude.
Un entraînement régulier et mesuré ces dernières semaines m’a suffit à remplir ma feuille d’inscription avec confiance.
J’ai juste hésité lorsqu’il a fallu cocher la croix sur le trail du 12 ou du 35…, alors j’ai coché le 12, puis je voulais re-cocher le 35, mais je n’avais pas de tipex pour changer proprement, ma déformation professionnelle exige toujours le « sans rature ni surcharge », alors j’ai dû envoyer mon inscription nette avec la case cochée pour 12km. (on appelle ça une excuse foireuse !)

Je n’ai pas d’objectif chrono précis, vu que les trail on ne compte pas, mais je me dis que compte tenu de mon inexpérience je bouclerai ça vers les 1h30.

Arrivée sur place après mésentente totale avec ma GPS qui ne trouvait pas l’hippodrome de Compiègne, heureusement que j’avais le droit à « l’appel à un ami » pour enfin me trouver une vraie adresse, que ma GPS à enfin reconnue !!! (Dan, merci pour les plans mais j’ai beaucoup de mal à lire les plans, mon coté blonde !)

Mon ami Philippe boxeur lui aussi, avait accepté de venir faire ce trail avec moi, une occasion de passer un moment ensemble, sans pour une fois échanger des coups de poings. (quoi que par la suite…il aurait certainement eu envie de sortir ses armes !)

C’est dans une ambiance « champêtre » (merci Calou) que je rejoins l’organisation qui me semble parfaite, avec des gens qui s’activent de partout, des tentes blanches montées de ci-de là, un flottement de bonne humeur envahit l’atmosphère.

J’avais pour l’occasion vêtu ma tenue de fille qui me servira également par la suite.
Enfin, des tenues sympa pour nous les femmes : des jupes pour courir !!!!

C’est ainsi qu’une voix m’interpelle en me disant « Hé, c’est pas une tenue pour courir, ça », je me retourne en serrant les poings et montant ma garde (un reflex !) lorsque je vois un charmant Dan60 qui se présente à moi, plein d’énergie et 2 beaux yeux bleus qui me font baisser ma garde !!!

Je vois Maitre KU, qui malgré sa méforme annoncée les jours précédents, me bluffe totalement en me disant qu’il va vérifier « son moteur » et qu’il compte, je cite « aller presque à bloc » moi qui avait révisé mon manuel secourisme rien que pour lui !!

Je cherche en vain, Calou, qui est chargé du staff, je mène mon enquête, personne ne l’a vue dans le coin…je ne m’inquiète pas, je sais que je vais la trouver au moment où je ne m’y attendrai pas, c’est ce qui fait, son charme : apparaître tel, un ange gardien avec la mission « réussir » entre ses mains.

10h, le départ est donné, je suis aux côtés de Philippe et on entame des discussions de « vieux copains » qui ne se sont pas vu depuis une éternité, la 1ère côte ou plutôt « montagne » nous fait taire d’un coup, au bout de seulement 2 km !!! Mon 1er reflex a été de me dire « mais c’est une piste de ski ! », ça ne se court pas, ça se marche et sans parler !!! Elle dure un certain temps.
Dès la montagne achevée, je prends un rythme de course d’environ 10km/h, je me sens bien, des descentes techniques s’enchaînent et je « déplie » mes quadri pour amortir les chocs, et surtout, ne pas glisser sur ce terrain très incertain. Je suis fière de moi, puisque je constate que je n’ai pas des jambes que pour rentrer dans une jupe !!! elles sont vaillantes et costaudes !!!

On passe dans des sous bois, le parcourt est très bucolique et je m’amuse à regarder passer les beaux goss aux quadri saillants et bronzés comme des Apollons avec un look « faschion » qui réveillent mes sens d’accélération, je suis à l’aise, je me permets donc, des grandes enjambées dans les descentes.

Une autre côte de taille nous attend, elle est longue et dur (sans sous entendus) elle aussi dure un certain temps, mais celle-ci peut se courir doucement doucement…
Mes jambes vont toujours bien, mon travail de côte est donc en train de payer cette aisance.
Philippe est toujours à mes côtés ce qui me donne un sentiment de sécurité, puisqu’il m’indique toujours la bonne direction à prendre et m’avertit lorsque des racines barrent le passage.

Après cette belle côte, je trouve le moyen de « relancer » me disant qu’il faut que je récupère dans les descentes de manière à tenir le rythme global jusque la fin.
Je pique une petite accélération doublant un groupe de 3 hommes, qui ont du sentir l’accélération et l’un lance à la volée « ho lala, il a mis le turbo celui là ! » Et lorsque j’arrive à leur hauteur, j’entends « Oups…c’est une femme !! »
Comme quoi, j’ai bien fait de mettre ma jupe !!!

Plus j’avance et plus je me sens bien, je n’ai aucune idée du km parcouru, juste mon chrono qui tourne et m’annonce 54’ de course, soudain je ne vois plus Philippe à mes côtés..Alors j’annonce tout haut « Philippe, où est tu ?? » je me retourne et le vois au loin me lever le bras, comme un élève qui répond à l’appel.

Je viens de comprendre que j’ai visiblement trop accéléré et que je tiens ce rythme, je n’en reviens pas et je m’attends à fléchir de ces prouesses qui ne me sont pas habituelles !!!
Seulement, je me sens toujours bien et à l’aise dans ce rythme, je double plusieurs personnes et j’en ai presque honte, car normalement je suis plutôt doubée que « doubleuse », j’ai presque envie de ralentir.

Mais seulement, on annonce qu’il ne reste qu’un km, alors je ne lâche rien, puisque pour une fois je tiens la route !! Je m’offre une terrible accélération lorsque je vois ma Calou à la ligne d’arrivée qui hurle mon nom, je l’savais qu’elle serait là au meilleur moment.

1h12 pour 12km : un exploit pour mes allures de tortue (10km/h) sur du vallonné !

Philippe arrive 3’ après moi et c’est la tête basse que je l’accueille, il me félicite et n’en revient pas !
L’après course, est toujours champètre avec ce beau soleil qui ne nous a pas quitté un seul instant, des bières pour la récup, des sourires pour le réconfort.
J’en profite pour enfin saluer le grand Fred60 qui a bouclé le grand tour de 35km.

Je remercie vraiment l’organisation au top et chaleureuse, comme j’aime, sans fausses notes, merci Daniel, et grand merci à tous les bénévoles toujours souriants et à fond dans leurs tâches.

L’année prochaine, promis, sans tipex, je coche le 35km

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net