La course à pied Les blogs courseapied.net : Linda

Le blog de Linda

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

Mes liens


Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2007-06-25 16:40:22 : Jeter un oeil, oui, mais pas trop vite !!!!

Vendredi rdv à L’hotel Dieu spécialiste des yeux (ça rime !)

Parfois, j’ai mon canal lacrymal qui se bouche car il est trop petit !!

De ce fait, environ une fois par an, mon œil s’enflamme, car les larmes ne circulent plus dans ce canal situé entre l’œil et les sinus.
C’est très douloureux et gênant, ça fait comme ci j’avais regardé par le trou d’une serrure un beau mec se déshabiller et qu’il a fini par mettre la clé dans la serrure !!!

Ca me dure environ 4 jours et ça se soigne très bien avec des gouttes antibiotiques.

Comme ça fait environ 5 ans que ça dure, j’ai enfin décidé de consulter des spécialistes pour savoir si y’a moyen de ne plus moyenner !!

Chemin, faisant, il m’a fallu attendre 6 mois pour obtenir un rdv avec Monsieur « neuneuille » à l’hotel dieu.
Et s’était donc Vendredi 22 juin 2007.

J’arrive à l’accueil on me dirige de suite dans la salle d’attente qui me rappelle plus une salle d’interrogatoire avec son espace limité, ses barreaux aux fenêtres, ses chaises grises. 3 inculpés ou patients avec les yeux « pochés » étaient déjà assis, depuis longtemps, on avait même l’impression qu’ils avaient passé la nuit en garde à vue, pour un hôpital spécialiste de la vue..ça le fait !!!!

Ca parle de la pluie et du beau temps et surtout des délais d’attente pour les rdv.

On m’appelle enfin, on me dirige vers ..une immense salle style « open space » avec une demi douzaine d’ophtalmo séparé par de minuscules cloisons. Le médecin, m’invite à m’asseoir pas plus de 5, me fait poser le menton sur la machine et m’ausculte l’œil. Et me dit : « voilà, il existe une intervention qui consiste à agrandir le canal avec une tige en silicone , tenez, prenez ce document, tout y est expliqué, lisez attentivement et revenez me poser vos questions. Sachez, qu’il faut 1 an d’attente avant de faire cette intervention et parfois les gens se désistent facilement. …. « Sandrine, patient suivant, svp !! »

On m’aurait dit, tu as rendez vous à l’atelier de fabrication de pièces d’outillage, tu disposes de 2 fraiseuses et une presse, on te donnera une notice pour l’assemblage de pièces tu as un an pour la faire marcher etc etc….Là, j’aurais compris ce qui m’attendais !!! Mais là, j’avoue, je reste perplexe devant ce système de rdv spécialistes, à la chaîne, bref, l’usine à œil !!!!

Je lis le précieux document qui est donc sensé me rassurer, m’expliquer que cette intervention consiste à faire un joli trou dans le nez pour passer dans le canal, puis intégrer une tige en silicone, la laisser en place 3 mois, puis revenir après ces 3 mois et se la faire retirer en repassant par le même trou. Et tout ça sous anesthésie générale et 2 nuits à l’hotel (dieu), je vous passe les contre-indications de l’opération, comme les noeuds que peuvent faire la tige, ou les interminables saignements sans fin….

Bref, on ne m’y reprendra plus, je préfère souffrir 3 jours dans l’année que d’être opérée par un technicien fraiseur P3 devenu « chef d’atelier ».

En sortant, je m’égare dans les couloirs immenses, et mon regard est attiré de loin par une grand statuette colorée qui se situe dans les jardins de l’hôpital…au départ, il me semble reconnaître mickey…mais je m’approche de plus près et………..Voici, cette belle statue.

Je ne sais pas pourquoi, elle est là, j’imagine que c’est parce que Michel P, s’est fait opéré des yeux.
En tout cas, ça m’a fait sourire et j’ai trouvé ça très original comme statut dans ce lieu, si austère.

Les réactions

Par riri, le 2007-06-25 17:05:02
courage ma tata ....

trop marrante la statue et la légende

bizzzz

Par l'AB, le 2007-06-25 18:12:44
Quel coup d'oeil Linda, j'en ai encore la larme à l'oeil d'avoir tant ri !...
Si ton oeil s'enflamme c'est que tu regardes trop les sujets brûlants, attention à ne pas attraper une inflammation du péricardiopalpitant à force de clins d'yeux aux-dits sujets, hein.

Par yannnnnnnn, le 2007-06-25 18:27:25
whhhaaaa, ma pauvre, j'en ai la larme à l'oeil!
bizzzzzzz tata linda!
yannnnnnnn, pressé de te revoir!

Par ric69, le 2007-06-25 18:37:54
T'as pas essayé de négocier un emplacement pour ta statue en tenue de combat. Si ça se trouve, il te la faisait de suite et à l'oeil ...
Mieux vaut en rire car globalement, je trouve qu'ils ne donnent pas trop envie.
Pour ma part, mon parcours acrobatique récent c'était dans la spécialité neuro. Une fois que t'as plongé, faut assumer, d'où l'utilité d'une réflexion préalable pour se décider.
Quoiqu'il en soit, je comprends quelque peu ta réticence.
A+

Par SergeB, le 2007-06-25 21:36:54
bonjour,
il faut que tu me le présentes ton canal, je vais lui expliquer qu'il ne faut pas faire du mal à ma copine Linda et surtout pas la faire pleurer.
Sinon, je peux te conseiller une cousine ophtalmo qui travaillait àl'Hotel Dieu il y a quelques années, mais elle est dans le 77 !!
A+

Par fartlek, le 2007-06-25 22:00:54
Salut Linda,
A ce que je vois tu as toujours l'oeil du Tigre...
fartlek...

Par Delphine, le 2007-06-25 22:50:10
Coucou ma Linda,

Je ne lis ton biellet (et mail auquel je te réponds demain à l'aube) que maintenant.
Je ne savais pas ton histoire de canal bouché...Dis donc celui de l'Ourcq est nettoyé régulièrement, ils n'ont pas une solution?? Mouais bon...Plaisanterie à part, si ça peut te "rassurer" on fait ce type d'intervention sur les bébés. Tu sais quand ils ont conjonctivite sur conjonctivite...Ce n'est pas tout à fait pareil mais c'est surtout pour te dire que c'est quelque chose qui est bien maitrisé dans le corps médical.
Maintenant c'est vrai que si ce n'est pas quelque chose qui t'enquiquine à longueur de temps et d'année, mieux vaut éviter les anesthésies générales.
Et entre nous, j'ai trouvé ton doc assez...comment dire...expéditif??

En tous cas, le Michel est aussi vrai que Nature :o)))

Bises à toi + double dose au noeilnoeil

Par , le 2007-06-25 23:02:29
quel statut pour l'hopital public?

Par Pépito, le 2007-06-25 23:57:53
Ton "off t'as le mot" travaille peut-être à l'oeil (désolé mais fallait la faire).

A ta place je me méfiera vu la "sculpture dans la cours", c'est louche. En plus le kloune "maquedo" a mis un slip rouge par dessus son ben comme superman. C'est encore plus intriguant....

Par Linda, le 2007-06-26 09:56:32
Riri : t'inquiète Riri, du courage j'en ai à revendre au kg!! c'était plus un cri d'humour, ici!!

Yannnnnnnnn : whaou toujours autant d'N à ton nom!!! moi aussi pressé de te voir et sans mauvais jeux de mots!! merci d'être passé dans le coin!!

L' AB : bien vu!! un regard peut être brulant, angoissant, curieux, mais je ne savais pas qu'il pouvait préricardiomachéniser le machin!!!!

Ric69 : ça c'est sûre qu'après tout, j'ai autant de mérite que Michel P, pour avoir ma statut de boxeuse dans cet endroit où l'on combat entre radios,docteurs, rdv ...avec de bon poings sensibles. Et, c'est sure, qu'on ne me parle plus de spécialistes des spécialistes des yeux!! Fini, le corps à corps médical pour moi!!!! Chaque spécialité à sa spécialité d'incompréhention et de questions sans réponse!!!

SergeB : tiens coucou mon avocat!!! whè merci de me défendre, t'as raison, ils font tous que de me faire pleurer!!
Tu as de la chance d'avoir une cousine ophtal...Mais t'inquiète, j'abandonne l'idée de passer sur la fraiseuse!!bises à toi!!

Fartlek : whaouu, bien vu!!!!! Mais bon, l'oeil oui, mais j'ai failli sortir mes griffes aussi!!!

Delphine : tu es trop gentille de me rassurer, oui effectivement je sais qu'on fait ce genre de choses au bébés, et d'ailleurs les doc, me disent que mon canal est celui d'un gosse de 6 ans!!! Je ne doute pas un seul instant de ce procédé, certainement effcace.... Mais ça ne m'interresse pas pour 4 ou 5jrs de souffrances dans l'année!!!

Tu m'étonnes le doc, expéditif!!! scandaleux même!!! heureusement qu'en ce moment, mon canal n'est pas bouché, donc pas de douleur. Parceque si non, je te raconte pas, j'aurai pas pu "pleurer sur son épaule" bisous

Pépito : Bien vu pour les jeux de mots, mais non, justement ces gens là, ne travaillent pas à l'oeil, loin de là..50 € les 5 minutes?? whaouuuu, je veux bien m'y coller!!! et j'aurais plus de psychologie!!!
MDR, ha oui la statut ressemble aussi à MC DO...bisous à toi

Par J2C, le 2007-06-26 13:48:31
Sans commentaire pour ce RV : cela dit, je me doute d' ou te viens cette intention de te faire soigner ce petit problème : ne serais-ce pas une motivation pour retrouver " l' eye of the tiger " ?

Par J2C ( encore ! ), le 2007-06-26 13:49:34
Mince, je viens de voir le message de Fartlek !

Par linda, le 2007-06-26 14:15:36
J2C : ha ha, même reflexe et même humour que Fartlek!! Tant qu'on ne me taxe pas d'avoir l'oeil doux, le poil brillant, je n'aboierais pas!!! Tu reviens quand tu veux, tu es le bienvenu! bises

Par Isérois, le 2007-06-26 15:13:44
Linda : un "clou lacrymal", tu le fais poser par ton ophtalmo dans son cabinet et sans anesthésie.... Sans passer par la torture qu'on te propose ..... nota : ce n'est pas une blague.



Par Linda, le 2007-06-26 15:35:54
Isérois : mais c'est "mon" ophtalmo qui m'a envoyé làbas!!! Il ne fait pas ce genre d'opération et visiblement peu le font! Ils appellent ça une tige ou une paille en silicone, clou, jamais entendu parlé...merci à toi.

Par piermer, le 2007-06-26 18:02:09
...cela ne changera jamais avec les ophtalmo : 1 an d'attente pour un RDV , 2 heures ds la salle d'attente ,2 mn max durée du RDV le menton sur son perchoir et allez Zou, vous faire voir pour nous entendre dire " y qu'a lire la notice" .. mais de qui se f.. on??? ma pauvre Linda
dans quel monde on vit .. pepete and C°
j'espère que tu n'en resteras pas là et qu'une solution te sera proposée ...Enfin si c'est Michel P qui est l'égérie du lieu , y a de l'espoir!

Par Linda, le 2007-06-27 10:50:44
Piermer : hé, oui mon bon monsieur!!! Hé une chance que ce jour là, j'avais tous mes yeux!! Et si, j'avais pas pu lire la notice? après tout, si on se trouve chez un ophtal., c'est qu'on a des problèmes de vue!! Peut être avaient-ils des notices en "braille" et au cas où on ne sais pas lire le braille, un magnéto, Serge!!!

Oh mais t'inquiète, j'men sortirais sans lui!!!!
Bises à toi et merci

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)


Très original et insolite!!!


Les 5 billets précédents

2007-06-21 09:33:03 : Sortie du grenier...COMBAT DU 23 JANV. 1993 - 14 photos - 30 réactions

**********************************************************

Liens :

. Historique de la B.F :

http://www.ffsavate.com/fedeHist_date.asp

. Quelques photos d’un club près de Montpellier :

http://www.jsbf.free.fr/album_photos.htm

***********************************************************

Préambule :

2 sortes de combat existent en BF (boxe française)

1) L’ ASSAUT : les coups sont notés sur la technicité, et les points se comptabilisent par des touches légères sur 3 parties du corps : Visage (3 points), médian (2 points), et jambes (1 point). Il est interdit de porter les coups avec violence, seule la technique et le gestuel rentrent en ligne de compte. On peut être sanctionné si les coups sont portés trop fort.

2) LE COMBAT : Les coups sont notés sur le même barème que l’assaut, sauf que là, la puissance est autorisée en plus de la technique et l’équipement est plus « sévère » : casque, protège dents, protège tibia et protège poitrine obligatoire.

Depuis 1992, les Championnats de France féminins ne peuvent se faire qu’en COMBAT, alors qu’avant ils se pratiquaient qu’en ASSAUT

Je dois donc, pour la 1ère fois, inaugurer le COMBAT, le vrai, celui, où l’on ne rechigne pas sur la puissance. Je suis pourtant une technicienne pure et dure et il va falloir que je cultive une agressivité que je n’ai pas. Car vous l’aurez deviné, pour porter des coups en puissance il faut un minimum d’agressivité, et se blinder pour encaisser des coups. J’opterai sur la règle « toucher sans se faire toucher ». C’est donc avec cette stratégie que je préparerais mes 3 mois d’entraînement .


Le combat se fera dans « ma ville », donc chez moi, ce qui devrait représenter un grand avantage, car j’aurais mon public et « mon » gymnase que je connais dans tous ces recoins ainsi que « mon » vestiaire, « mon » gardien, un visage familier.

L’adversaire : Elle vient de Strasbourg, à son actif elle a fait 40 combats : 40 victoires dont casi la moitié par KO !! Du lourd, quoi…

Moi : 4 combats (en ASSAUT) 3 victoires, bcp d’assauts et une belle coupe de style (cette coupe est attribuée au meilleur Assaut de la journée)
Mais bon, je suis chez moi avec mon public, et je sais qu’il me portera, qu’il me donnera la force !!! yeaaaahhhhhh !!!!
************************************************************

***Samedi 23 janvier 1993***

** 11h, l’heure de la pesée :

l’annonce officielle raisonne dans le gymnase : « LINDA accuse à la balance 62kg512g à 11h23 » … « Sandra accuse 63kg500 à la balance, on lui laisse une heure pour être à 63kg pile »
Je me dis, chouette…un point pour moi, elle va devoir se fatiguer en sautant à la corde, en allant courir etc….

** 18 h : arrivée dans le gymnase :

La 1ère personne que je croise c’est Philippe, le gardien du gymnase, qui me fait un accueil chaleureux avec dans son regard un « on compte sur toi Linda ».

La salle de Hand a été complètement restructurée et transformée pour l’occasion en salle de boxe, avec ses gradins, ses lumières plongeantes et…d’un coup, mes yeux s’arrêtent sur lui : il est beau, il est grand !!
Il se tient monstrueux et silencieux au milieu de la salle avec ses bras velours bleu-blanc-rouge, des dizaines de chaises entourent ce « Monstre » C’est luiiii, il est là, pour moi : MON RING !!!!!. Sur la 1ère rangée de chaises, des grandes étiquettes sont collées « RESERVE »

Je frisonne, rien qu’à l’idée de penser que pour me voir, on réserve sa chaise !!!

J’entends un grand bruit sourd qui annonce « un deux trois, un deux trois » : la sono qui fait ses essais !!

Ça grouille de partout, les copains réquisitionnés pour le staff, habillés de ce beau tee shirt bleu ciel, où il est imprimé « B.F CMS PANTIN », pierrot sera à la buvette, Franck, Alain, Antoine, Momo à la sécu, Rachid et Laure à l’accueil.

Chaque porte de vestiaire est étiquetée avec le nom des compétitrices (tireuses), où, bien sure on ne mélange pas les adversaires entre elles.

L’ordre des combats est affiché en grand à l’entrée, je passerai la dernière, donc vers minuit. Il parait que c’est une stratégie de garder la « locale » pour la fin, histoire de conserver le public jusqu’à la fin.

J’ouvre une porte fermée, et je frisonne en voyant cette immense table décorée et remplie de victuaille en tout genre, de verres à champagne, de jus de fruits, des ballons et papiers crépons décorent cette salle, où se tiendra la reception pour la fin des combats.

*** 18h 30 : arrivée dans le vestiaire
C’est là que je retrouve enfin, la personne qui est pour moi la plus importante à cet instant, cette même personne, qui me fait battre mon cœur dès qu’elle s’approche de moi, j’ai envie de me jeter dans ses bras, de lui dire que je ne la décevrait pas, il s’agit de Daniel, mon entraineur, sa discrétion innée, me fait reculer dans mon élan, je me restreint donc à ne lui faire qu’une bise sur la joue en guise de « bonjour coach »
Ces yeux bleus me fixent, et il me dit de me diriger au vestiaire et de me préparer, avec toujours ce petit sourire rassurant.

Il reviendra me voir plus tard.

Dans le vestiaire, je suis saisie par l’odeur de pommade en tout genre, avec une dominance d’eucalyptus, je me sens d’un coup rassurée, par cette odeur si familiaire. Je prends ma place sur un bout de banc, je commence par délacer mes chaussures.

C’est la cohue, les tireuses sont à fond dans leur concentration avec leur coach respectifs, elles sont déjà en tenue et entament les 1er échauffements, les gants aux poings elle commencent à sautiller comme des « Rocky ». Je les observe comme des extra terrestre, car je n’ai pas les mêmes façons qu’elles de me concentrer. Leurs entraineurs entrent dans un jeu presque imaginaire, un dialogue d’une rare réalité s’installe entre eux :

-Allez, Valérie, attaque, touche, frappe, plus fort, vas-y wouais, encore
- ok, j’y suis ?? j’y suis..Elle est où, elle fait quoi ?? (son adversaire)
- Mouais, valérie, tu sais ce qu’elle m’a dit Sylvie (son adversaire) ??
- Non, quoi ?? qu’est-ce qu’elle t’a dit ??
- Que tu étais une sa***, que ta mère était la plus sa*** que tous etc etc
- Quoi ??? kes qu’elle a dit ??? répète, répète
- bing, boung, paf, pif.. ( bruits des coups)
- Ha aussi, elle a dit que tu étais nulle, que tu allais abandonner à la 2ème reprise
- Quoi ??? répète, répète un peu !!!!!!
- bing bing bing poummmm, paf, pif

Et les noms d’oiseaux continuent de prendre leur place dans ce vestiaire que je trouve un peu de la 3ème dimension !!!

Je baisse la tête et essai de trouver ma concentration à moi, mes mots à moi qui me motiveront à monter sur le ring « après le combat, je me paye, une tarte aux pommes arrosée d’un bol de chantilly, puis 10 nounours au chocolat, une bouteille de champ… »

Puis le doute s’installe dans ma tête, des questions fusent de toute part « Mais pourquoi je boxe ? » « pourquoi dois-je me battre » « Elle m’a rien fait, Sandra !! » Bon, j’avoue, il fallait réfléchir avant !!!.

Daniel, frappe à la porte, il me sauve de mon délire mental !! « Alors tu es prête ? tu n’as rien oublié, donne moi ton protège dent que je le mette dans le sceau, dans 5 mn tu viens, on va s’échauffer » C’est ainsi, que je sors du vestiaire en « intégral » (la tenue officiel de BF), gants aux points, on se dirige vers un petit coin « tranquille » pour échanger quelque coups et réviser la stratégie mise en place depuis 3 mois.

A ce moment là, je suis concentrée, je n’entends pas ma famille qui m’interpelle, ni les amis, qui gesticulent devant moi, rien, je ne vois que la « patte d’ours » que me tiens Daniel, pour que je vise mes coups. Seule sa voix me parvient aux oreilles.

*** 20 h débuts des 1ers combats

La pression monte, j’entends le public qui s’agite, des tam tam qui hurle mon nom, des potes avaient eu l’idée de transporter des tam tam et avait trouvé un rythme déchaîné pour moi.

Les 1ères tireuses se présentent sur le ring escortées par le morceau obligatoire « eyes of the tiger », un rideau de lumière les poursuit et les conduisent sur les hautes marches du ring.

C’est le seul combat que je pourrais regarder. Je sans mon émotion m’envahir, je me surprends à suivre les mouvements du combat, à hurler « vas y Nathalie, monte ta garde !! »
La tension de ce combat est à son comble, on entend les coups rebondir sur les corps endiablés de râge, elles bougent, elles sautillent, elles font des bonds…
Je commence à m’agiter dans mon coin, déplacement de gauche à droite, direct, esquive.

Soudain, une main se pose sur mon épaule, je sursaute, Daniel, me « somme » d’aller immédiatement dans le vestiaire pour me concentrer.

**23h30 « Linda est priée de se présenter à la table des officiels, pour vérification des équipements »

La vérification d’équipement consiste à « tater » le matériel, les gants pour voir s’ils sont bien ficelés, les protège tibia et le coté charmant est de « cogner » comme sur une porte, la poitrine pour voir si la protection est en place (ça donne le même bruit lorsque qu’on cogne sur une table à poing fermé !) ça fait toujours sourire les officiels, et je les soupçonnent même d’aimer ça !!!

Ou la, ça sent le cramé….ça veut dire que dans 5 ‘ je dois monter sur le ring. A l’instant où je débarque dans la salle, le public se lève, déchaîné et hurle mon nom en concert avec les tam tam !!!! Je suis intimidée, désorientée. D’un coup, je prends conscience, que je dois être à la hauteur de tout ce rafut !!!!

***23h32 « On demande Linda, coin bleu »
S’est partie, coach devant, musique d’entrée en matière, lumière en rideau sur mon passage, un public bien excité avec des voix bien aiguisée, je n’entends déjà plus rien, je suis comme un Pantin (normal on est à pantin) qui suit coach, les yeux fermés, la tête baissée.

Coin Rouge, Sandra monte sur le ring, concentrée comme jamais, nos regards se croisent furtivement, non, il n’y a pas de haine dans nos regards (on est pas chez Rocky !!) un salut académique, donnera le départ dans pas moins de 30 seconde.

Je rejoins mon coin bleu, mon coach m’enfile mon protège dents, me tape tendrement sur l’épaule et me crie un « donne tout ce que tu as ! »

« Mesdemoiselles, saluez vous, en garde…..allez !!!!!!!!! » c’est partie pour 4 reprises de 2’

1ère reprise « round d’observation, normalement »

Je maintiens ma distance aux pieds en me déplaçant de droite à gauche, soudain elle se jette littéralement sur moi et m’enchaine une série de poings. Je suis surprise par tant d’acharnements si vite arrivés, je suis projetés sur les cordes, j’essai de la repousser d’un coup de pied frontal, qui ne la fera que reculer pour mieux revenir avec plus d’élan. J’encaisse, sans pouvoir décaisser à cette distance trop proche. Je fini enfin par me dégager et enchainer une série de coups de pieds, qui la fera reculer.

GONNNNGGGGGGGGGGG !!!

1’ de repos : coach, me dit « trouve ta distance de pied, ne la laisse pas t’acculer aux cordes, casse ses poings…fooooooonnnnnceeeeee, tape, et moi lui répondre « bon sang, mais qu’est-ce que je lui ai fait !!! »

2ème reprise « la vengeance »

Dès le départ j’enchaîne des séries de pieds suivis de poings, je la touche au foie, je sors en jambe, je touche le plexus, je la vois fléchir, et là, je recule pour la laisser prendre son souffle, d’un coup, elle revient sur moi comme un bourin, enchaînement aux poings, je pars sur les cotés pour la toucher en latéral, elle me décoche un chassé d’une grand violence qui atterri sur ma cuisse (aïe aïe), je change de garde pour abriter ma jambe et je boite, ma jambe endolorie me fait boiter…elle l’a vue, j’entends même son coach lui crier, « touche sa jambe, touche sa jambe », elle revient dessus, avec la précision d’un horloger au même endroit , « j’ai pas mal, j’ai pas mal »…., par la violence de la douleur, je sens une pointe étrange au cœur et je marque un instant de faiblesse en baissant la tête…l’arbitre le voit, et me compte jusqu’à 8, je remonte ma garde à la 9ème seconde, tout va bien, je vais bien, j’ai pas mal, j’ai pas mal (me dis-je !!)

GONNNGGGGGGGGGGGGGG (sauvée par le gong !)

1’ de repos : « c’est rien ma grande, continue, ne lâche rien, mets toi dans l’autre garde, enchaîne aux poings et fini par ta jambe « valide » au visage etc.. etc…..allez défend toi comme ci elle voulait te chopper ton sac à main !!



3ème reprise « ça passe ou ça casse »

Personne ne viendra me chourer mon sac à main, c’est avec ce « leate motiv » que démarre ma 3ème reprise, les coups s’enchainent et ne se ressemblent pas, soudain un « chdooonnngggg » avec un soulagement se fait entendre….mon protège poitrine se fait la mâle, il glisse sournoisement dans mon « intégral », heureusement l’arbitre avaient les yeux où il fallait et stoppe, le temps du « remontage d’accessoire » par mon coach.

Sûre que ça fait un peu étrange de se faire « tripoter » devant tant de monde !!! mais bon, à la guère comme à la guère, je repars « réparée » et parée à continuer là, où je m’étais arrêtée !!

J’enchaine un beau retourné-sauté visage (mouais, ça paye ce genre de chose !), qui finit par juste enrhumer mon adversaire (dommage coup bien tenté), elle saisit l’opportunité de me re-coincer dans les cordes en enchainant un certain nombre de coups de poings. C’est à ce moment là, que la lumière s’éteint, que les étoiles filantes viennent me tendre les bras et que j’entends à nouveau ce décompte « un, deux, trois, quatre » Oups, la lumière réaparait, j’ai frôlé le KO !!!! Mais je remonte ma garde, et je donne tout ce qu’il me reste dans un second souffle qui portera ses fruits, je marque quelques points, malgré ma jambe douloureuse et ma tête un peu retournée.

GONNNNNNGGGGGGGGGGGG !!!

4ème et dernière reprise :
Dans ma tête, j’ai déjà, fait les comptes et je ne suis pas à mon avantage, alors je décide, à défaut d’avoir assez de poigne pour tenter la puissance, je mise tout sur la téchnique, le spéctacle, j’enchaine des coups retournés sautés, des enchainements poings-pieds à la volée, sans chercher la moindre précision, je suis vidée, je veux donner tout ce qu’il me reste, mais c’est alors que mon adversaire, contre attaque ma technique « volante », elle me ramène dans les cordes, enchaine des poings avec précisons au visage, je la repousse d’un chassé frontal, mais elle revient, je la repousse encore, et je n’ai plus la force d’enchainer le moindre coup, alors j’encaisse, sans décaisser, tout en me protégeant le visage, c’est alors que le GONNNNG final retentit.

Un salut académique, les larmes aux yeux marqueront la fin de ce combat, je resterai donc « Vice Championne de France »

Je ne regrette rien, j’ai donné tout ce que j’avais à donner, je manquais d’agressivité, c’était tout de même un beau combat.





2007-06-07 09:52:31 : LE POIDS DU COMBAT...... - 9 photos - 51 réactions

Lorsque je parle de poids, je pèse mes mots !!

Ce mot au sens propre du terme est utilisé dans sa bonne mesure.

On est en septembre, Daniel (mon entraîneur) vient me voir en fin de séance et « me pose » sur la balance en me lançant un :

- Bon, tu en es où ?
- Heu bin, tu sais, les vacances..heu..bah, j’me suis un peu lachée !!
- lachée ? (dit-il en fixant la balance et sortant des yeux exorbités )
- Bin, tu connais mes faiblesses : jamais sans ma mayo et ma chantilly !!
- Ha, je vois, je vois et tu as aussi avalé les pots ?
- + 5kg !!!!!! même Amora ne fait pas des pots de ce poids !!!
- Alors tu me perds 5 kg en 3 mois, pour arriver à une catégorie de poids « catholique » et après on avise !!!

En boxe Française, il y a peu de compétitrice femme, alors les catégories les plus fréquentes sont les « Plumes : 57-60 », les « Légères : 60-63 » ensuite les « super légère : 63-66 » (comme son nom ne l’indique pas !) pour cette dernière.

Déjà, la pénurie de fille à ce poids (63-66) est une réalité… et moi qui suis très très mal barrée..car en septembre je suis à 70 kg !!!!

Bon, je compte sur toi, je t’inscris demain au champ. de France dans la catégorie
« supèr légère 63-66 kg ». On part sur 4 entraînements par semaine et Course à pied le dimanche avec du travail de fractionné au bois de Vincennes.

Tu me jettes tes pots de mayo, de chantilly, tu supprimes les chaussons aux pommes le dimanche, tu annules ton abonnements chez Haribo , tu achètes une corde à sauter avec des poids dans les anses, tu oublies l’existence de toute forme de gâteaux, pâtisseries, et tu intègres le fait, que dans une boulangerie, ils ne vendent que du pain de son !!!! S’est OK pour toi ???

- Ok, heu si non…on mange quoi ce soir ?? je blaaaaaague !!!!!!!

Après ces consignes de « prisonniers » il ne me reste plus qu’à exécuter la 1ère démarche.

S’est donc le cœur lourd que je me sépare de toutes mes friandises cachées dans tous les coins de mon appart. Oui, j’avais la sale habitude d’en mettre partout, de manière à ne jamais manquer de quoi que ce soit…mais quand on connaît mon « quoi que ce soit à moi » on déchante vite sur le peu : Cacahuètes, noix de Cajou, pistaches, nounours chocolat, bounty, nutz…….Au super marché, j’ignorais l’existence d’un rayon fruits et légumes, et mon frigidaire me servait à stocker des mousses en tout genre : chocolat-chantilly, caramel-chantilly et bien sûre ma copine Amora en mayo sous toutes ses formes !!!

La valse des entraînements commence dès le lundi suivant, premier bonjour quantifié du coach « Ce soir, après la séance tu fais 1kg500 de moins ttc » (en tenant compte que la moitié est uniquement de l’eau perdue)
La séance est construite de travail cardio, sparing-partner avec à chaque reprise un partenaire « frais », on enchaine les reprises, on aligne les abdo, on inaugure les pompes sur les poings..
oufff, un peu d’étirement (le meilleur pour la fin…) 2 h plus tard, on retrouve une Linda toute « liquide » pressée de rentrer juste dormir !!

Mais, Coach, ne l’entends pas de cette oreille :

- tu te remets au sec, tu remontes sur la balance, et tu prépares ta corde à sauter.
- Ok Daniel, avec tout ce que j’ai fait, j’ai du au moins perdre 5 kg !!!!
- Jogging sec enfilé…je saute sur la balance qui affiche, un poids de -1kg
- Bon ma grande, il manque 500 grammes, tu reprends ta corde et….
- Je me pends ???? s’est ça ????? …bon d’ak, je saute je saute….

* ¾ h plus tard *

- tu te remets au sec et tu remontes sur la balance
- tu as reperdu 400 g, il manque 100 g…allez saute encore 10’ !!
- Hé, chui pas un poulet vendu au poids…hum hum en parlant de poulet, il est minuit ça commence à creuser là dedans !!!!

Et s’est ainsi, que va se dérouler 3 mois à ce rythme, comme l’enregistrement d’un long métrage, où dans le rôle principal on y trouve « la balance », en second rôle « les gants de boxe » avec un décor rustique : corde à sauter, ring bleu, sparing-partner et vestiaires.

Le jour dominical sera orchestré, non pas par l’odeur d’un bon pain au chocolat tout chaud, mais par l’odeur des poubelles du bois de Vincennes !!! Oui, s’est ici, que j’ai connu mes premières fractionnées….il me disait :

- Tu accélères aux poubelles, tu ralentis entre les bancs et les poubelles (Delphine, tu vois, lorsque je te parlais de poubelles-fractionnés….ça me vient de là !)

Il avait trouvé un parcourt « rectangulaire » fait de bancs et de poubelles, qui mesurait environ 1km, je devais tourner une bonne dizaine de fois…

A chaque petite pause…(de 1’30) je pleurais de rage, de désespoir, je sentais mes poumons en feu, et je me demandais si , pendant la guère, ils n’utilisaient pas cette torture pour faire parler les collabo. !!!!

Je n’ai pas encore abordé le mental dans tout ça ?? oui, dans quel état j’erre ?? Et bien contre toute attente les 8 h hebdomadaires d’entrainements ne me pèsent pas (mot bien choisi ! sic) seul, le côté « alimentation » ou plutôt « l’abstinence de bonnes choses » me « torture » (mot bien choisi, aussi) énormément.

Imaginez, on se trouve au mois de decembre-janvier, en pleine fête de fin d’année, je dois refuser toute invitation de repas ou pots de fin d’année.
Alors comme il me reste un fond d’intelligence (si, si, le boxeur, pense, parfois), pour ne pas écarter ma vie sociale et affective, je me présente aux repas, mais en disant « j’ai déjà mangé » Et s’est là, que je fais une grande erreur !! Car du coup, je débarque en fin de repas, et je me trouve à focaliser sur les assiettes de gateaux non achevées !! Il se passe en moi, quelque chose de surréaliste : j’arrive à éprouver de la haine en vers ceux qui n’ont pas fini le bon gateau à la fraise ou la bûche glacée !!

La nuit, je me réveille en sursaut, croyant avoir dévoré une tarte aux pommes entière !!!
decembre, je remplis mon « contrat » je suis au poids, yeeesssssss !!! 65 kg toute mouillée !!!

Mais c’est alors que le sort de la balance s’acharne contre moi, je reçois un coup de fil qui m’annonce « Votre partenaire déclare forfait, si vous voulez participer à la finale des champ.de France, il faut vous inscrire dans la catégorie en dessous - 60-63 - la bonne nouvelle, est que nous vous donnons dérogation. »

S’est alors que je terminerais cette année là (s’était l’année…93), un réveillon installée confortablement autour d’une table remplie….d’un verre de badoit et 3 biscottes, avec SVP, 5 cornichons !!!!

Non, ne pleurez pas sur mon sort…puisque les privations payent cach….le 23 janvier, « j’accusais » (comme on dit, chez les pro ! ) à la balance à 11h25 : 62kg 512 g !!!!

La suite de cette aventure sera celle du dit COMBAT DU 23/01/1993 (Plus toute jeune, ma bonne dame !)…..les souvenirs forts ne vieillissent jamais .

***************************************
Voici un lien sur l'historique de la BF :

http://www.ffsavate.com/fedeHist_date.asp

*************************************************
CATEGORIES DE POIDS EN BOXE FRANCAISE (en Assaut)

Moustique < 24 kg
Pré-mini-mouche 24-27 kg
Pré-mini-coq 27-30 kg
Pré-mini-plume 30-33 kg
Pré-mini-léger 33-36 kg
Mini-mouche 36-39 kg
Mini-coq 39-42 kg
Mini-plume 42-45 kg
Mini-léger 45-48 kg
Mouche 48-52 kg
Plume 52-56 kg
Super-plume 56-60 kg
Léger 60-65 kg
Super-léger 65-70 kg
Mi-moyen 70-76 kg
Super-mi-moyen 76-82 kg
Mi-lourd 82-89 kg
Lourd > 89 kg


Plus souple qu'en Boxe Anglaise pro (Boxe de Rocky))
puisqu'il y a une tolérance de 5 kg dans chaque catégorie.

*******************************************************
CATEGORIES D AGES :



POUSSINS 97 et après 97
BENJAMINS 94/95/96 94/95/96
MINIMES 92/93 92/93
CADETS 90/91 90/91
JUNIORS 88/89 88/89
SENIORS 87et avant
VETERANS 1974 et avant


*********************************************************



LES CATEGORIES DE POIDS OFFICIEL EN BOXE ANGLAISE (pro):


[Kg]
50,802 Mouche
53,525 Coq
55,338 Super-Coq
57,152 Plume
58,967 Super-Plume
61,237 Légers
63,503 Super-Légers
66,678 Mi-Moyens
69,853 Super-Mi-Moyens
72,574 Moyens
76,205 Super-Moyens
79,378 Mi-Lourds
90,719 Lourds-Légers
+ 90,719 Lourds

Aucun combat ne peut se disputer entre deux boxeurs dont la différence de poids excède celle qui délimite la catégorie de boxeur le plus léger. (autrement dit, c'est celui qui est "gros" qui doit maigrir!!!)

Cette différence est appliquée à partir du poids accusé par ce boxeur à la pesée. Dans les compétitions officielles, les deux boxeurs doivent appartenir à la même catégorie de poids.

Seul un délégué peut effectuer les opérations de pesée. Il ne peut déléguer cette tâche qu’à un officiel, à l’exclusion de toute autre personne.


2007-05-15 10:28:37 : Bures s/Yvettes en fête....ce dimanche 13/05/2007 - 56 photos - 56 réactions



PREAMBULE


Il n’y a pas un grand pas entre « objectif » et
« psychose », le tout est de mesurer et de ne pas perdre l’équilibre pour tomber dans la psychose.
Ainsi je me suis attelée à garder le sens du mot objectif en défaveur de la psychose.

Donc je ne focaliserais pas sur ce grand mot « objectif », je le prendrai comme un ami, que je devrais retrouver au bout de 8h de trajet, tout en sachant que le trajet sera toujours le même, et que je devrais le répéter un certain nombre de fois….Je sais, que même si je n’arrive pas à temps pour « embrasser » cet ami, je suis convaincue qu’un jour, il m’attendra, les bras toujours ouverts, parce que c’est ça, un vrai ami : Ils vous attend toujours .
Seulement, il est hors de question que je me vautre comme une poupée désarticulée dans les bras de cet ami, que j’arrive tellement « abîmée » et que cet ami me dise « mais qui êtes vous Madame ?? »

Non, c’est décidée, ces huit heures devront être « clôturées » debout, avec un léger sourire de « j’ai réussi », un aspect loin « du peignoir mal fermé » mais plutôt, tiens m’dame, z’avez couru aujourd’hui ?? on dirait pas !!!!!!

C’est dans cette optique que je me décide d’envisager cette course « horaire », avec un minimum « syndical » de 53km…maximum de 60km et un Plusssse de 65 km, mais je m’interdit de pleurer sur mont sort, si je n’atteint pas un des objectifs, ayant tout de même conscience que courir au-delà du Marathon est déjà une bénédiction absolue du Dieu du sport.

Pour ceux qui ne veulent pas aller plus loin (car c’est long à raconter 8 heures !)

RESULTAT COURSE

J’ai donc atteint mon objectif « Maximum » : 62 km environ pour 24 tours et huit heures d’affilées avec en gros au total ½ h d’arrêt TTC

QUELQUES HEURES AVANT LA COURSE

Alors me voilà aiguisée pour l’occasion mentalement et physiquement.
Il suffit juste à présent de faire la dernière démarche difficile « mettre son reveil à sonner à 6h »
Je ne vous raconterai pas ma nuit agitée, ça deviendrait trop perso !! Donc le réveil, fut pas trop dur, finalement, l’odeur du café programmé sera l’odeur de mon objectif, c'est-à-dire : corsé, chaud et noir comme une partie du ciel que j’observe ma tasse à la main.

Me voilà, rue la Fayette chère au monopoly, je laisse ma voiture ici, afin de prendre le rer B à gare du Nord pour 40’ de RER. Oui, le souvenir amer de l’année dernière où j’étais venue en voiture et mis 3 heures pour le retour, m’a rappelée à la prudence.

Pour occuper mes 40’, dans ce wagon un peu désert, je me la joue vestiaire avant compèt : auto-massage à l’Arnica sous le regard ahuri des usagers, laissant flotter une odeur bien particulière dans un train endormi, le dimanche matin. J’en conviens, que voir une nana se « tripoter » dans un wagon dès le matin, reste un domaine du mirage. Mais objectif fou = comportement fou !

Arrivée à la gare de Burres à 8h40 précise et accueillie par un charmant monsieur, l’ami de Freddie-Catherine.
9h57, inscription faite en présence du charmant Sanglier (Manu) qui sourit devant la mention inscrite sur mon certif « Apte à courir 60km », oui, je donne dans le détail, moi…

9h58 : une grande et chaleureuse bise à Freddie qui avait déjà effectuée son 10ème tour !!! Je découvre une fille qui en veut, déterminée et même maquillée juste ce qu’il faut pour avoir un plus à son regard déjà bien pétillant.

DEBUT DE LA COURSE

J’entame mon 1er tour au coté de deux charmants garçons, on papote et on tourne à 10km /h, oui, c’est rapide, mais ça sera le seul écart que je m’autoriserai pour un début de chauffe. A un moment je leur dit, « ce qu’il y a de super dans ce parcourt, c’est qu’on ne peut pas se perdre », et, au même instant je me barre sur une autre direction, au seul et unique endroit où il y avait 2 chemins !!! Ha je commence fort, les gars me rappellent à l’ordre pour me remettre dans le droit chemin (c’est le cas de le dire !!)

Je croise l’adorable Edelweiss, vous l’avez compris, il s’agit de Zouzou, toujours fidèle à sa bonne humeur, son coté un peu clown et sa pêche !!! elle avait déjà bouclé à 9h 14 tours !!!! et j’apprends de source sure, qu’elle a couru les 1ers tours à une vitesse limite TGV !!! intraitable la minette !! Elle me justifie son « zèle » en m’expliquant, qu’à 5h du mat, il faisait nuit, et n’avait pas de frontale, alors elle a suivi l’Castor, Le Sanglier pour qu’ils éclairent son chemin avec leur loupiotte !!!! ça me rappelle, je jour où j’avais une fiat panda qui éclairait qu’à 2cm, et que j’étais obligée de suivre des bolides pour voir ma route, pied au plancher et bruit suspect du moteur qui couvrait la musique !!

Alors pour en revenir à nos lumières. Je me sens d’attaque à tourner manège.. seulement j’avais oublié mes 24 allumettes qui devaient me servir de nombre de tours, ainsi, j’aurai dû, à chaque tour, faire tomber une allumette pour savoir à combien j’en étais.

Car, il faut savoir que jusque 8 tours effectués, les compteurs de la tête se troublent et garder les doigts « chiffrés » donnent de sérieuses crampes.
Donc, j’ai opté pour le calcul mental, je chronométrais mon tour, environ 20’, ce qui me donnait 3 tours par heure, soit 8km/h.

Ce qui est difficile dans cette épreuve, c’est de rester régulière car lorsqu’on arrive fraîche et dispo, on aurait une fâcheuse tendance à accélérer, sans compter les nombreux motifs d’accélération de type fractionné, à la vue d’un beau « verso » bien galbé qui s’agite harmonieusement tel un oiseau volant d’arbre en arbre, en bref un beau goss avec un beau cul (oups, je me lâche !). Le tout est de rester concentrée et ne pas quitter son objectif de sa tête (et non pas des yeux !).

Les tours s’enchaînent et ne se ressemblent pas, il n’est pas opportun de croiser Gisèle penchée à droite égrainer ses tours comme Pise, je m’attarde un instant à ses côtés, je papote, elle a plus de 60 ans, je suis admirative ! Soudain, je croise la route du n°385 qui mesure son petit mètre qui est tout juste âgée de 18 mois !!!! Elle me fait penser à Noémie la « mini Rainette », je baisse la tête presque jusqu’au sol, pour la saluer et observer ses petits yeux pétillants !! 2 addos en dérive qui passaient par là à se raconter le dernier sms reçu de Julie, j’aurais bien voulu connaître la suite du sms, mais ma présence les a stoppé net. Et puis, cet instant insolite et émouvant, un sportif lié par une ficèle avec un « non voyant », cette femme qui poussait un fauteuil roulant avec un garçon les yeux au ciel, à qui j’adresse un grand bonjour.

De croiser l’Castor qui à chaque fois me dépose un vent rassurant, un athlète, somme toute agréable à regarder s’ ajoutant à ma motivation. J’ai même pensé à m’accrocher à son arrière train, mais je n’ai pas trouvé l’anneau pour glisser ma ficèle !! Cédric, tu l’as échappé belle !!

Voir Delphine qui surgit de nulle part, avec sa bonne humeur, son entrain , elle m’accompagne quelques petits tours, un vrai plaisir, que le temps passe vite, en sa présence !!
Je partage son sentiment de frustration, elle ne peut pas courir, elle en meurt d’envie, elle le fait un chouille, tout en se disant je ne devrais pas, mais en y allant quand même, sa hanche penche pour un dimanche, alors je la retiens pas sa manche.

Pour couper un peu, je décide de déjeuner à 14h, ça me donne un objectif pause, alors je sors mon sandwich très appétissant j’ai l’agréable surprise de voir ma copine Dominique (une boxeuse) qui est venue m’encourager un instant, on parle un peu boxe, ça fait du bien et ça me remonte à bloc pour reprendre mon esprit de combattante.

LE TOUR MAUDIT, L’INNATENDU

¼ h après je rechausse les gants et me revoilà partie pour une bonne dizaine de tours, D’un coup d’un seul, le ciel s’assombrit, un enorme vent nous surprends, accompagné d’une espèce de grèle, je me retrouve coincée sous le passage en sous bois, soudain une énorme branche tombe à 5cm de ma tête suivi d’une bourrasque d’objets non identifiables…Ma 1ère pensée est de me dire « ça doit ressembler à ça la fin du monde » et me dire, « dommage, j’aurai bien voulu faire 60 km avant de mourir si bêtement ! »

Je pense tout de suite à Freddie qui n’est pas loin derrière, je m’apprête à faire marche arrière, quand soudain une autre branche s’abbat devant moi, du coup, j’accélère pour sortir de ce sous bois. Mais que faut-il faire ?? dois-je stopper ?? m’abriter ?? J’attends qu’on me donne des consignes, mais personne dans le coin pour m’aiguiller…alors contre vents et marrées, je continue ma laborieuse foulée, et me voilà enfin à la fin de ce tour maudit !!

Arrivée à la fin du tour s’est la décatombe !!! le podium est parterre, les barrières sont tombées les unes sur les autres, l’arcade d’arrivée est aussi au sol , y’a du vent dans toutes les voiles !!! Même une voiture à été abîmée par une branche tombée dessus !!

Seuls les sourires et la bonne humeur des organisateurs n’ont pas bougé d’un poil !

Je retrouve une Delphine toute mouillée (normal pour une grenouille) Elle avait reçu l’eau du toit du barnum !!!


PLUS DE PEUR QUE DE MAL

Soudain, le ciel se dégage en laissant place au soleil, et s’est reparti….. tournicoti tournicota.

Je suis subjuguée devant la bonne humeur de toute l’organisation, qui restera sans faille jusqu’au bout, la table de ravito, qui avait valdingué et qui doucement est reconstitué par les mains courageuses qui s’activent à la tâche.


DERNIER TOUR

Il est enfin 16h20, Bures s’éveille et Linda défaille un peu quand même, soudain, le gong sonore arrive : les Calou’s !!! Une Calou en pleine forme vient me rejoindre et me propose la botte (comprendre : refaire un tour à baton rompus pour moi !!) Je n’ai plus de mœlle, j’arrive tout juste à plaisanter (c’est pour dire !!) Elle me donne un espèce de 2ème et dernier souffle, alors s’est parti pour le dernier tour, je donne tout ce qui me reste…je franchi le tour à 16h35, mais on me dit que je peux refaire un tour ??? quoi ?? encore ??
Calou, me dit « Bon, on le fait, que si tu le veux, je ne te force pas » Seulement, en me posant cette question elle pose ses 2 mains dans mon dos en me poussant vers l’avant !!!!!!!!

Alors je fais ce dernier tour à l’arrache comme on dit, en donnant le reste du reste, les miettes de courage qu’il me reste et j’y arrive tant bien que mal…yeeeeessssssss

Tout le reste n’est que bonheur, attendre l’arrivée de Freddie, pouvoir lui sauter dessus pour la féliciter comme il se doit, je n’en reviens pas de ce courage, cette volonté qu’elle a eu, toute la journée on s’est croisée, re croisée, elle était toujours dans le circuit, comme une horloge bien réglée.

Voire zouzou, pétillante comme le champ ! et comprendre après, pourquoi elle faisait sa course, m’a donné la larme à l’œil, je comprends maintenant pourquoi tu as atteint cet exploit, pour ta « mamoune »à mon avis, elle ne devait pas être très loin.

Je tiens à remercier un certain Raymond, qui a été patient comme un ange, rassurant, présent partout, même où l’on ne l’attendait pas.



2007-05-09 10:47:13 : Qu’est-ce qui fait courir les boxeurs ? en tout cas ce n’est pas moi ! - 45 photos - 45 réactions



Non, ce n’est pas moi, sur ce coup ci je n’y suis pour rien !!!

Lundi 7/05/2007

« Allo, Linda, amène ta paire de basket, avant la boxe, on va courir 1h !! »

« Whaou, apéritif d’une heure avant le repas complet de 2h !!!! »

Ok, ça marche, je prends les baskettes, je prends les gants, je prends la serviette, le gel douche…..

L’horaire est donc avancé d’une heure….va falloir cavaler pour tout caser !!!

Mais tout est bon, pour la préparation de mon objectif 2007 :

« Les 12 h de Bures (91) le dimanche 13/5/07 »

Non, je ne compte pas boucler 12h ttc, mais je me suis donnée un créneau de 8h pour effectuer +ou- 60km à raison d’une très lente vitesse de + ou – 8km/h, puisque mon objectif premier étant de faire le plus de km possible.

L’année dernière, j’avais découvert cette course (gratuite !) fabuleuse, où l’ambiance est très conviviale. Le principe peut paraître un peu « lassant » puisqu’il s’agit de tourner sur un tour de 2km500 pendant 12 heures pour les vrais UFO, et « on donne ce qu’on veut » pour les autres….
Voici le Lien pour plus d’info : http://www.ultrafondus.com/04_DESCRIPT/2002-07-12hBures.php

Ainsi, on peut voir les vrais pro gambader autour de cet ancien étang de retenu, ou alors croiser Ginette qui vient juste de terminer son repas et vient faire sa petite marche pour digérer, On peut tout à fait croiser une bande d’ados sympatoches qui décident de se la jouer « 16ans : 16 tours », ou bien alors croiser la passionnée qui à décidé de dépasser le Marathon.., ou alors tout simplement, venir courir à coté de sa copine quelques tours, histoire de papoter le bout de gras.(hein, Delphine et Jaja ?)

Ce qui est rassurant dans ce système, c’est que l’on est jamais seule, puisque la table de ravito, se trouve donc à chaque tour, on peut donc tout à fait « poser ses gants » pour quelques minutes, ou heures, puis, les reprendre et continuer sa route. Seuls, les tours sont comptabilisés, donc, pas de chrono, pas de stress et pas de stress, plus de pêche pour se concentrer sur l’objectif de faire « tomber les tours ».

Ainsi, l’année dernière, mon objectif était de dépasser 42km, et j’avais donc réussi à boucler 20 tours, soit 52km et des poussières de mètres, sur un créneau de 6h30.

Et donc, cette année, à moi, de dépasser mon précédant objectif sur le kilométrage et le temps de course.

Ma préparation :

Je n’ai pas vraiment fait de prépa spécifique, ni suivi de plan, car je ne veux pas m’ôter le plaisir de courir à regarder des calculs ou des pulls sur une feuille de papier, et culpabiliser si j’ai loupé une sortie etc…. Seule, l’Arnica fera partie de mon quotidien 1 mois avant.

Je prépare mon corps, je prépare ma tête avec mes sensations à moi, je connais mon corps à l’effort et je sais ce qu’il lui faut pour récupérer.
Ainsi une moyenne de 2 sorties en CAP et 2 h de boxe par semaine on rythmé mon quotidien ces derniers temps.
La boxe renforce mes abdos, consolide mes muscles et est une bonne alliée pour les changements de rythme répétés.
La Course à pied me « casse les pattes » à la boxe, puisque j’ai un peu de mal à lever la gambette pour toucher le nez du partenaire grincheux….

M’enfin, me voilà prête, prête à « péter » les kilomètres , prête surtout à passer une bonne journée et rencontrer mes amis du sport : Le Sanglier (Manu), Castor Junior (Cédric),
Freddi-Cat qui elle, fera ses 12h…être accompagnée pour quelques tours par ma copine Delphine…Une belle journée s’annonce.

2007-05-04 11:17:06 : La salade de mots - 8 photos - 31 réactions

Imaginez une personne dite « normale » qui jouerait, sans le savoir avec les mots de la langue française.
Pas tous les mots, non, car c’est une personne normal,.mais disons qu’elle aurait des « trous de vocabulaire ».
Comme elle est normale, ces trous de vocabulaire elle les transformerait en « mé-mots technique ».
Imaginons que sur chaque mot qu’elle utilise peu, elle trouverait un mot de consonance presque identique, ou parfois une simple inversion de syllabes pour remplacer ces mots, peu souvent utilisés. Ou parfois, tout simplement oubliés !

Ainsi, lorsque ses trous de vocabulaire apparaîtront, elle sortirait de son chapeau ces
« mé-mots techniques » et ceux si devraient lui rappeler le bon mot à utiliser.

Mais seulement voilà, à la base, ça pourrait en être ainsi et bien pas du tout, car il semblerait que son cerveau irait plus vite que sa bouche, non je ne dis pas qu’elle à le cerveau à la place de la bouche, mais que l’un va plus vite que l’autre. De ce fait, au lieu d’utiliser le mot juste en se servant de son « mé-mot technique »(dans sa tête)…Ce n’est que le « mé-mot technique » qu’elle sort !!!!!!

Je n’ose vous parler de ses jours de fatigues, où là, les mé-mots techniques prennent carrément la place de toutes les phrases en français !!

Si Maître Capello était un juge, il l’enfermerait immédiatement derrière les barreaux.
Si un enfant était Président il la nommerait 1er ministre de la santé.
Si un dépréssif était son pharmacien, il achèterait les laboratoires « Prozac »

Bref, on pourrait la priver de sa liberté, lui jeter des regards noirs, lui faire copier mille fois les mots, rien y ferait. Alors, on l’écoute, elle à l’air si convaincante, qu’on en perdrait nous même notre latin. D’ailleurs, il n’est pas exclus, que lorsque vous passez une soirée avec elle, vous finissez tous avec les dico dans les mains, car c’est qu’elle vous mettrait le doute !!!

A contrario, lorsqu’elle se trouve dans une assemblée « sérieuse » ( exemple : milieu prof ), personne, non personne ne remarque ses « fourches »..Est-ce par respect, où alors n’ont-ils rien perçu ??? On ne le sait pas.

Il me vient quelques extraits, de ces phrases qui sont bien entendu, plus drôle en le vivant dans le vrai contexte.



1) Pas de poubelles dans les environs, alors on jette sa peau de banane dans le « canigou »

2) Je choisirais plutôt un resto avec vue « Paranoïaque »

3) Ensuite, en étant tout là haut de cette vue Paranoïaque, j’emporterai mon « stéthoscope » pour observer la vue imprenable !!

4) Je regrette, mais le compte présente en effet, un solde débiteur « gastronomique »

5) Lors d’une réunion : « Il est bien évident que si vous présentez ces deux projets, ici vous aurez meilleure rendement « perpendiculairement » à l’autre où vous…… »

6) « J’ai passé un super week end chez mes amis, ils m’ont super bien reçus, bref, ils ont tout de suite fait preuve « d’hostilité » !! » Ha oui, je t’assure, ils ont été très hostiles avec moi

7) « Bin quoi, avec les endives au jambon, tu fais une sauce « bech-machelle » »

8) En s’adressant au banquier « Ne vous inquiétez pas, mes comptes sont toujours passés au « tatamis »

9) Chez le libraire : « Je voudrais donc « un pochtron » pour le dessin »

10) « Avec ces embouteillages de fous, ces voitures cul à cul, s’est la « décatombe » j’vous’l dit moi !! »

11) Dis, tu ne fais plus de « Décathlon »..pourtant tu nages bien, il me semble

12) Whaou, ta VMC est trop élévée !

13 )En parlant d’un pays où des bombardements ont eu lieu : « Ce pays est devenu l’Eucalyptus »

14) Comment ? vous ne saviez pas que c’est sur le chemins des Dames, que les femmes attendaient leurs « barbus »


...... La suite, un jour.

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net